Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/cercleshoah/www/config/ecran_securite.php on line 587
Felix Hartlaub, historien, écrivain - [Cercle d'étude de la Déportation et de la Shoah]
Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah

Felix Hartlaub, historien, écrivain

lundi 24 août 2020

Felix Hartlaub, né le 17 juin 1913 à Brême, disparu début mai 1945 à Berlin. Date officielle du décès, 31 décembre 1945.

Felix Hartlaub, après son Reichsarbeitsdienst s’installe à Berlin. Il est incorporé dans la Wehrmacht. De septembre 1939 à novembre 1940, il appartient à une unité de ballons de barrage reliés au sol par des câbles d’acier pour se défendre contre des avions d’ attaque. Pour Hartlaub, le fascisme est une horreur dès le début. Il a des amis juifs et communistes. Il est muté à Paris en décembre 1940 à la commission des archives historiques françaises saisies. "Commission des archives historiques du ministère des affaires étrangères". Il y rédige des notes où transparaît sa sympathie pour la France et les Français. Il est envoyé en Roumanie. Puis il est affecté comme historien à l’Oberkommando de la Wehrmacht à Berlin. De mai 1942 à mars 1945, il fait partie de l’équipe du Journal de Guerre (Kriegstagebuch), journal de guerre du Haut Commandement de la Wehrmacht. Il a accès à la zone restreinte du quartier général du Führer à Winniza, Rastenburg et Berchtesgaden. Il est dans "l’Apparat". Il est un observateur du Führerhauptquartier, FHQ (Quartier général du Führer) [1]

Envoyé combattre à l’Est il disparait en mai 1945.
On peut se demander quelle place auraient eu ses esquisses dans la littérature d’après guerre.
Sa soeur Geno, a fait paraître Dans la zone interdite. Impressions de la Seconde Guerre mondiale chez Rowohlt.
Felix Hartlaub, Paris 1941, traducteur Jean-Claude Rambach, Solin-Actes Sud, 1999, 128 p.
(Kriegsaufzeichnungen aus Paris : notes de guerre prises à Paris)

https://www.felix-hartlaub.de/

Sa vision de l’Attentat de Stauffenberg est intéressante. Il est un „Ohrenzeuge“, il a entendu la bombe dans la zone où il était stationné.
https://www.faz.net/aktuell/feuilleton/wie-felix-hartlaub-im-fuehrerhauptquartier-das-stauffenberg-attentat-erlebt-16867666.html
Il existe des notes privées des années de guerre - brouillons littéraires, fragments, observations dans l’Italie fasciste, Berlin et Paris occupé. Il regarde et décrit le monde du national-socialisme vu d’en haut.

Matthias Weichelt, Der verschwundene Zeuge - Das kurze Leben des Felix Hartlaub, Suhrkamp 2020
Der beste NS-Roman, der nie geschrieben wurde :
https://www.welt.de/kultur/literarischewelt/article117167655/Der-beste-NS-Roman-der-nie-geschrieben-wurde.html
N.M.

[1Il y a plusieurs FHQ : la Nouvelle chancellerie, la Wolfsschanze (Tanière du Loup), le Berghof et des moins connus.