Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/cercleshoah/www/config/ecran_securite.php on line 587
Sarah Grinsnir, convoi 76 - [Cercle d'étude de la Déportation et de la Shoah]
Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah

Sarah Grinsnir, convoi 76

par Chantal Dossin
jeudi 20 août 2020

Sarah Grinsnir figure dans le livre" L’avant-dernier convoi Drancy Auschwitz" sous le nom de Sarah/Suzanne Etlinger

Sarah Etlinger Grinsnir est décédée le 7 août 2020.
Sarah et sa sœur Caroline, Deauville, 1996-1997-Fonds privé
Photo prise dans les jardins de l’Hôtel Normandy, donnant sur la mer

Elle faisait partie des déportés survivants du convoi 76. Son parcours figure dans le livre L’avant-dernier convoi Drancy Auschwitz sous le nom de Sarah/Suzanne Etlinger [1]. Elle avait été arrêtée à Chambéry avec sa sœur et son beau-frère. Ils ont été déportés tous les trois par le convoi 76 parti de Drancy. Sarah déportée à 22 ans et Caroline 28 ans, entrèrent dans le camp de Birkenau, pour y travailler dans un Kommando extérieur. À l’automne 44, les deux femmes furent transférées à Langenbielau, un camp dépendant de Groß-Rosen pour y travailler dans une usine d’armement jusqu’à leur libération.

Nés en Roumanie, ses parents sont venus en France avant la Première Guerre mondiale. Eux-mêmes et leurs trois enfants, nés à Paris, Caroline, Sarah et Albert, étaient français.
Dès 1941, parents et enfants, sentant le danger grandir en zone occupée, quittent Paris et partent pour Marseille. Lorsque les Allemands occupent la zone Sud, la famille Etlinger quitte Marseille et se réfugie à Yenne, un village situé près de Chambéry, où habite déjà le fiancé de Sarah, Nathan Grinsnir. Seules les deux sœurs, toujours ensemble au camp, sont rentrées. Le reste de la famille, les parents de Sarah et Micheline, le bébé de Léon et Caroline, échappent à l’arrestation, grâce à la complicité de la population du village.

Dès notre appel à témoignage en 2007, elle nous a contactées et nous a confiées son témoignage. Depuis ce moment-là je suis restée en contact étroit avec elle. Elle habitait dans le 20 ème arrondissement de Paris villa Saint-Fargeau.
Elle a toujours été présente lors de la lecture des noms des déportés du convoi 76 le 30 juin lors de la commémoration du départ du convoi, encore l’année dernière alors qu’elle avait 97 ans. Elle s’était également déplacée pour assister à la journée d’étude sur les convois organisée par le Mémorial et où j’avais résumé l’histoire du convoi.
Elle faisait partie de l’UDA (Union des Déportés d’Auschwitz). Son témoignage a été enregistré le 29 février 2003 et peut être consulté au Mémorial de la Shoah.

C’était une dame très attachante, très lucide sur notre monde. Elle avait fêté ses 98 ans le 4 août.

Chantal Dossin, août 2020

Le convoi 76 du 30 juin 1944. Paroles de témoins et documents d’archives

[1Petit Cahier -2e série-N°12-novembre 2010 L’Avant -dernier convoi Drancy-Auschwitz-Le convoi 76 du 30 juin 1944