Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/cercleshoah/www/config/ecran_securite.php on line 379
Aristides de Sousa Mendes - [Cercle d'étude de la Déportation et de la Shoah]
Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah

Aristides de Sousa Mendes

lundi 30 juillet 2018

Par l’action d’Aristides de Sousa Mendes, près de 30 000 personnes, dont 10 000 juifs, échappent aux nazis.

Aristides de Sousa Mendes

Aristides de Sousa Mendes ( 19 juillet 1885 - 3 avril 1954 ) est consul général du Portugal à Bordeaux en août 1938. Lors de la débâcle française de 1940, il refuse de suivre les ordres du dictateur Salazar la circulaire n°14, qui veut qu’on soumettre à Lisbonne l’autorisation de délivrance des passeports, pour bloquer les gens venant de l’est et les gens "indignes" :
La circulaire n°14
Le 11 novembre 1939, Salazar envoie à tous ses diplomates en poste la circulaire n°14 pour interdire l’entrée du Portugal aux « gens indésirables » . Sans accord préalable du ministre, aucun visa ne pourra être délivré aux étrangers de nationalité indéfinie, aux apatrides, aux porteurs de passeport Nansen de la Ligue des nations, aux Juifs expulsés de leur pays d’origine ou du pays dont ils sont ressortissants, aux personnes suspectées d’activités politiques contre le nazisme…
Veiga Simões, ambassadeur à Berlin, le consul honoraire à Milan, Giuseppe Agenore Magno et le consul à Gênes, Alfredo Casanova refusent aussi d’obéir.

Après sa rencontre avec le rabbin Kruger Aristides de Sousa Mendes déclare :
« À partir d’aujourd’hui je vais obéir à ma conscience. Je n’ai pas le droit en tant que chrétien de laisser mourir ces femmes et ces hommes (...) »

« Désormais, je donnerai des visas à tout le monde, il n’y a plus de nationalité, de race, de religion »
Il délivre plusieurs milliers de visas aux personnes menacées souhaitant fuir la France par Lisbonne pour les États Unis, l’Amérique latine ou l’Afrique.

Plaque à Bordeaux, quai Louis XVIII, ancienne adresse du consulat

9 jours pour sauver plus de 30 000 personnes : pour Yehuda Bauer « Ce fut la plus grande action de sauvetage menée par une seule personne pendant l’Holocauste ».

"Des réfugiés républicains espagnols (dont plusieurs centaines quittèrent la France avec un visa signé par Sousa Mendes) formeront, sous les ordres du général Leclerc (lequel put rejoindre Londres via Lisbonne grâce à un visa signé par Sousa Mendes), la « Nueve », dont les halftracks « Madrid » ou « Guernica » libèreront Paris." in :
https://blogs.mediapart.fr/edition/bordeaux-sur-garonne/article/021015/desobeir-et-resister

Accusé de désobéissance, falsification de documents, désertion de poste et corruption, il est banni par Salazar et meurt dans la misère.
En 1966, Yad Vashem le nomme "Juste parmi les nations".
Il a été réhabilité par l’Assemblée Nationale portugaise en 1987.

Médiagraphie :
Le Juste de Bordeaux, Aristides Sousa Mendes :
http://mvasm.sapo.pt/
Cercle d’étude : http://aphgcaen.free.fr/cercle/enfants.htm
http://d-d.natanson.pagesperso-orange.fr/aristides_de_souza.htm
http://www.sousamendes.org/

Júlia NERY, Der Konsul, Zürich, éd. Epoca, 1997
José-Alain FRALON, Aristides de Sousa Mendes, Le juste de Bordeaux, éd. Mollat, 1998.
Gérard BOULANGER, A mort la Gueuse. Comment Pétain liquida la République à Bordeaux 15-17 juin 1940, éd.Calmann-Lévy, 2006
Manuel DIAS VAZ (sld), Aristides de Sousa Mendes, héros "rebelle", juin 1940 - Souvenirs et témoignages, Éditions Confluences, 2010, 142 p.
en vue de réhabiliter la mémoire du Juste de Bordeaux.
Eric LEBRETON, Des visas pour la vie, Aristides Sousa Mendes, le Juste de Bordeaux, préface Simone Veil, Éd. le Cherche Midi, Paris, 2010, 402 p.
Salim BACHI, Le Consul, roman, Paris, Gallimard, 2014.

Désobéir et résister, Aristides de Sousa Mendes, film de Joël Santoni, 2008, France, 90 min, Panama Production.
https://blogs.mediapart.fr/edition/bordeaux-sur-garonne/article/021015/desobeir-et-resister

Exposition « Aristides de Sousa Mendes, Héros de l’Holocauste »
Exposition (passée) au consulat du Portugal à Paris.
Aristides Sousa Mendes, le consul Rebelle