Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/cercleshoah/www/config/ecran_securite.php on line 378
Le camp de Mauthausen, 1938-1945, Autriche - [Cercle d'étude de la Déportation et de la Shoah]
Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah

Le camp de Mauthausen, 1938-1945, Autriche

Des camps en Autriche
dimanche 21 mai 2017

Mauthausen, au bord du Danube, à 22 km de Linz, Autriche. Un KZ du 8 août 1938 au 5 mai 1945.

Le camp de Mauthausen 1938-1945

https://www.mauthausen-memorial.org/en/Visit/Virtual-Tour#map

Après l’Anschluss mars 1938, le camp de Mauthausen est ouvert pour enfermer les antifascites autrichiens, des criminels, des droits communs et des prostituées.
Le 8 août 1938 les premiers prisonniers allemands et autrichiens arrivent de Dachau pour édifier le camp constitué au début de baraques en bois. Les Blocks sont rangés autour de l’Appelplatz.

Porte entrée du camp de Mauthausen. Photo NM, 1982.

Le camp est installé près d’une carrière de granite Wienergraben : les pavés de Vienne. Il devient un camp de travail le 8 mai 1939. Les prisonniers (politiques) doivent travailler à la carrière de granite. Elle est aux mains du cartel DEST (Société d’exploitation des carrières).

Plan du camp de Mauthausen

Les 186 marches.

L’escalier de la mort
la carrière à Mauthausen. NM

Les détenus doivent remonter de la carrière, sur le dos, de lourdes pierres, en montant, épuisés, sur des marches inégales et trop hautes.

Mauthausen :
http://www.mauthausen-memorial.at/
Le site de l’Amicale de Mauthausen :
http://www.campmauthausen.org/

 Une soixantaine d’Außenlager

Des camps annexes.

Gusen deuxième camp : complexe à quelques kilomètres de Mauthausen, utilisant de la main d’oeuvre étrangère, construit à partir de décembre 1939, ouvert en mai 1940 près d’une carrière..
https://www.mauthausen-memorial.org/de/Gusen/Das-Konzentrationslager

Gusen II - 1943-45. (Bergkristall)
http://www.gusen-memorial.at/
Gusen Memorial Committee :
http://www.gusen.org/

Loiblpass  :
Deux camps distincts : l’un, situé sur le versant sud du massif des Karawanken, du côté slovène, ouvert le 3 juin 1943, et, l’autre, implanté sur le versant nord côté autrichien, sept-oct 1943. Les détenus perçaient un tunnel routier pour Universale Hoch-und Tiefbau AG.
http://www.u-berg.at/texte/loibl_kz.htm
Melk, Ebensee, Redl-Zipf, Wiener-Neustadt etc

 Les détenus

Le chemin de ronde

Après la montée de la gare jusqu’au camp, les détenus se rangent devant le mur d’enceinte, sans manger et boire, des heures durant, à côté de punis.
Les détenus construisent des usines souterraines à cause des bombardements alliés et travaillent pour l’industrie de guerre Messerschmidt, Herrmann Goeringwerke, Daimler, Puch, etc.

Jean Gavard, ancien déporté au camp de Mauthausen, Gusen :
Jean Gavard, ancien résistant, déporté à Mauthausen (Autriche)

Michel de Boüard, résistant et déporté :
http://clioweb.free.fr/dossiers/mdb/mdb.htm

Le Père Jacques (Lucien Bunel 1900-1945) Juste d’Avon :
Le père Jacques, 1900-1945, carme à Avon

  • Les Rouges espagnols

Sur plus de 7 000 Espagnols déportés de France à Mauthausen, il reste 2 000 survivants. "rot Spanische Republikaner blau" Les rouges républicains espagnols ont le triangle bleu des apatrides car Franco leur a retiré la nationalité et ils ont un S pour Rot Spanier Espagnol rouge.
http://bibliotecadeladeportacion.blogspot.fr/2011/08/mauthausen-en-el-corazon-de-austria.html

  • Le Block 20 et les Soviétiques

Des officiers soviétiques mis en quarantaine, entassés dans une baraque dans des conditions épouvantables, sans nourriture, affamés, lancent une évasion collective. Dans la nuit du 2 au 3 février 1945, liquidation des criminels autour du chef de Block, par moins 8 degrés et 10 cm de neige, ils attaquent le mirador, les sentinelles, balancent des couvertures mouillées sur les barbelés électrifiés pour provoquer un court- circuit, les uns se font massacrer pour que d’autres s’évadent. Ils sont plus de 400 à sortir du camp. Mais la chasse à l’homme est lancée, les SS et leurs chiens, même la population s’en mêle. Une chasse à l’homme est lancée, Mühlviertler Hasenjagd, la chasse aux lièvres de Mühlviertler. Une dizaine parviendra à s’échapper.

  • Des femmes dans un camp d’hommes

Des Tchèques, Soviétiques, Yougoslaves, Allemandes, Britanniques, Espagnoles, Françaises, des détenues politiques.
Des femmes NN parties de Ravensbrück arrivent à Mauthausen cinq jours plus tard, le 7 mars 1945. Marie-José Chombart de Lauwe : « Mon travail au Revier "infirmerie" (…) ne me laisse aucun temps libre. Je m’occupe, avec Marie-Elisa Nordmann, de trente à quarante malades. Je suis chargée plus particulièrement des soins, Marie-Elisa des toilettes ».

- La Croix rouge suédoise
Les détenues descendent difficilement les marches. "Nous sommes arrivées dans un champ, un espèce de désert de pierres, apocalyptique, on nous a emmenées dans une espèce de grange dans laquelle on a entassé les trois blocks, avec les trois chefs de blocks…"
Le 21 avril arrivent à Mauthausen les premiers camions de la Croix-Rouge. Plus de 400 Françaises quittent le camp le lendemain en direction de la Suisse.

Des crématoires et chambres à gaz : les prisonniers malades étaient transférés et gazés au château de Hartheim ou dans des Gaswagen, camion à gaz, une chambre à gaz est mise en service en mars 1942 à Mauthausen.

- L’organisation internationale du camp AMI (appareil militaire international) avec les Espagnols, des volontaires des Brigades internationales, structure la résistance, met en place solidarité, sabotage, évasions, organisation de relais.

Avec les évacuations des camps devant l’avance des alliés, le camp est surpeuplé. Il devient un Sterbelager für Kranke und Schwache : camp mouroir pour malades et détenus faibles.

 La Libération :

Le 3 mai les SS fuient le camp.

Los españoles antifascistas saludan a las fuerzas liberado-ras
Испанские антифашисты приветствуют освободителей

Mauthausen

- Les camps de Mauthausen et Gusen sont libérés le 5 mai 1945 par les Américains qui continuent leur avancée. Par crainte d’une riposte SS, maintien de la surveillance internationale avec l’AMI : les républicains espagnols empêchent les SS de retraverser le fleuve. De nombreux détenus affaiblis, d’autres trop nourris, meurent après la Libération.

Le 16 mai 1945 des représentants de chaque nationalité prêtent serment pour l’édification d’un monde nouveau, libre et juste pour tous.
http://campmauthausen.org/images/media/01-BULLETINS/mauthausen%2026%20supplement.pdf

Il n’est pas prévu d’évacuer les Résistants espagnols internés. Les Américains veulent les enfermer dans des camps de Personnes déplacées.

- Bilan du complexe de Mauthausen :
40 nationalités, 190 000 détenus, 90 000 morts

 Médiagraphie

Amicale des déportés et familles de Mauthausen, Mauthausen des pierres qui parlent 1995
CHOMBART DE LAUWE Marie-Jo, Toute une vie de résistance, Éditions Graphein / FNDIRP, 1998
CHOUMOFF Serge, Les assassinats nationaux-socialistes par gaz en territoire autrichien, 1940-1945, Mauthausen-Studien, 2000
CONSTANTE Mariano, Les années rouges, de Guernica à Mauthausen, Mercure de France, 1971, 250 p.
FABRÉGUET Michel, Mauthausen camp de concentration national-socialiste en Autriche rattachée (1938-1945), thèse Paris IV 1995 ; avant-propos de Jean Gavard, préface de Jacques Bariéty, Honoré Champion, Paris, 1999
FREUND Florian, PERZ Bertrand, Das KZ in der Serbenhalle ( Roigk-Halle, une usine d’armement exploitant les détenus du camp de Mauthausen pour produire des V2.) : zur Kriegsindustrie in Wiener Neustadt, Wien, Verlag für Gesellschaftskritik, 1987
GUILLEMOT Gisèle, Entre parenthèses - De Colombelles (Calvados) à Mauthausen (Autriche), L’harmattan, 2001, 284 p.
HORWITZ Gordon J., Mauthausen, ville d’Autriche, 1938-1945, Seuil, Paris, 1992
LACAZE André, Le Tunnel, Paris, Juliard, 1979, (Loibl Pass)
LE CAER Paul, Mauthausen, Crimes impunis, Editions OREP, 2008
TILLARD Paul, Le pain des temps maudits, rééd.Julliard, (sur lecamp annexe d’ Ebensee)
VINUREL Ernest, Rive de cendre, Transylvanie, Auschwitz, Mauthausen, L’Harmattan, 2003
ULMANN André, Souvenirs de voyage, Europe, juin 1946 ; Poèmes du camp, Mauthausen, Melk, Ebensee, Julliard, 1969

BERMEJO Benito, Le photographe de Mauthausen. L’histoire de Francisco Boix et des photos dérobées aux SS, Liège, Les Territoires de la mémoire, coll. « Points d’encrage », 2017.
RUBIO Salva, COLOMBO Pedro J., Le photographe de Mauthausen, BD, Le Lombard, 2017
d’après l’histoire de Francisco Boix qui a été l’assistant photo du Commandant Ricken à Mauthausen et qui a témoigné à Nuremberg.
Une BD qui a le mérite d’exister, au graphisme sobre, et avec une partie historique.

Film :
J’ai survécu à ma mort de Vojtech Jasny, République Tchèque, 1960, Mille et Une Productions, 93 min.
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article531

Liens :

Des témoins sur le site de Mauthausen :
https://www.mauthausen-memorial.org/de/Wissen/ZeitzeugInnen
Les prisonniers résistants :
http://www.campmauthausen.org/connaitre/temoignages

Les noms des déportés à Mauthausen :
http://monument-mauthausen.org/spip.php?page=search

http://memoirenet.pagesperso-orange.fr/article63fb.html?id_article=207

5 mai 1945 :http://clioweb.canalblog.com/archives/2015/05/04/31999855.html

L’Autriche :
http://jsegalavienne.wordpress.com/2014/08/27/alma-mahler-et-le-passe-de-lautriche/

Monument aux morts de RDA à Mauthausen
citation de Brecht
Le monument de Mauthausen au père Lachaise





Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 229 / 986152

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Ressources pédagogiques  Suivre la vie du site Rubriques et articles  Suivre la vie du site les camps (Lager) Primo Levi   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License