Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/cercleshoah/www/config/ecran_securite.php on line 358
Albert Bigielman, J'ai eu douze ans à Bergen-Belsen - [Cercle d'étude de la Déportation et de la Shoah - Amicale d'Auschwitz]
Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah - Amicale d’Auschwitz

Albert Bigielman, J’ai eu douze ans à Bergen-Belsen

collection Témoignages de la Shoah, Le Manuscrit/FMS, 2005
dimanche 14 septembre 2008

Fiche de lecture par Martine Giboureau.

Albert BIGIELMAN : « J’ai eu douze ans à Bergen-Belsen » collection Témoignages de la Shoah, Le Manuscrit, 2005.

Le père d’Albert, engagé dans la légion étrangère, a été envoyé à Marseille. Il a fait preuve de courage aux combats ; puis il a été fait prisonnier au printemps 40. Il est envoyé en Poméranie, au stalag II B d’Hammerstein, à Neustettin. Il n’a jamais été identifié comme juif grâce à la complicité de ses camarades

L’intérêt premier, primordial de ce livre, en particulier pour de jeunes lecteurs, consiste dans le fait qu’il s’agit du témoignage de quelqu’un qui était, à l’époque décrite, un enfant...

Fiche de lecture à lire

Albert Bigielman, 1932-2011

Albert et Henri

Albert Bigielman est né le 1er novembre 1932 à Paris. Ses parents sont venus d’un shtetl de Pologne. Son père est repasseur dans un atelier de prêt-à-porter féminin. Il a vécu son enfance à Ménilmontant, dans le 20ème arrondissement.
Albert n’a jamais eu la perception du moindre antisémitisme que ce soit avant la guerre ou après 1940. Il garde d’excellents souvenirs de l’école élémentaire.
Son père, Mayer, engagé volontaire dans la légion étrangère française, est prisonnier de guerre à Neustettin (en Poméranie), dépendant du Stalag II B (Hammerstein).
 [1]
Le statut de fils et femme de prisonnier de guerre donne l’assurance de ne pas être « déportables »
Il voit la rafle du 20 août 1941, puis les rafles des 16 et 17 juillet 1942, 8 camarades sur les 19 élèves de sa classe sont arrêtés et déportés, le quartier est vidé.
Mais Albert est arrêté, avec sa mère, le 4 février 1944 ; son frère Henri, né le 16 janvier 1938, est épargné et devient un « enfant caché ».
Il est interné à Drancy pendant 3 mois. Puis il est déporté avec sa mère Faiga, par le convoi du 2 mai 1944, dans des voitures de 3ème classe à Bergen-Belsen.
Ils sont accueillis par des hurlements et des coups.
« Je n’arrive pas à transmettre la réalité ... car je ne trouve pas les mots assez forts pour pouvoir faire comprendre ce qui se passait. Il n’y a rien de comparable. »
Il connaît la faim, le froid, les morts, la puanteur du crématoire au « camp de l’étoile ». La première fois Albert s’évanouit. Ils ont des vêtements civils. Les conditions de vie se durcissement au fur et à mesure que les déportés arrivent de l’est alors que le camp est de moins en moins approvisionné.
En avril 1945, le camp est évacué par 3 convois pour Theresienstadt. Dans celui d’Albert, les femmes et les enfants sont gardés par des soldats âgés. Des drapeaux blancs ont été mis sur les toits des wagons pour tenter d’éviter les mitraillages.
Le train va errer jusqu’au 23 avril 1945, où « un matin ... à Tröbitz sur l’Elbe, nous avons été libérés » par les Soviétiques fonçant sur Berlin. Mais Albert, victime du typhus, est dans le coma pendant 6 semaines.
Le père de Francine Christophe retrouve enfin « le train fantôme » et ils sont rapatriés en camions bâchés par les Américains.

Le 25 juin 1945, il arrive au Lutétia, et c’est le retour à la maison avec sa mère. Il retrouve son père, son frère.
Il va se reconstruire, entre en apprentissage, travaille dans la confection, il fonde une famille, il a une fille en 1962. Il ne parle quasiment jamais de sa déportation jusqu’en 1981.

Avec la retraite, Albert s’engage dans le travail de mémoire. Le monument au Père Lachaise est inauguré le 23 mars 1994. L’Amicale de Bergen-Belsen est constituée.
Albert témoigne auprès des collégiens et lycéens, participe à des cérémonies à Bergen-Belsen, fait des recherches.
Albert Bigielman est président de l’Association des déportés de Bergen-Belsen depuis 1995.
À la veille de son anniversaire, en novembre 2011, Albert nous a quitté le 31 octobre 2011.

Albert, un témoin engagé

Albert a témoigné dans le DVD :

- "Les enfants juifs fils et filles de prisonniers de guerre, déportés à Bergen-Belsen en mai et juillet 1944"
et
- Les enfants juifs de prisonniers de guerre, déportés à Bergen-Belsen en 1944
Intégrale des témoignages, coffret de 3 DVD. 4h30 d’enregistrement
disponibles à l’Amicale de Bergen-Belsen, 25 euros
vous pouvez prendre contact avec samuel.pintel_club-internet.fr (remplacer le _ par un @)

Article sur "Les enfants juifs de prisonniers de guerre déportés à Bergen-Belsen en 1944" par Claude Dumond
Les enfants juifs de prisonniers de guerre déportés à Bergen-Belsen en 1944

Albert Bigielman, vidéo pour les élèves

Albert a aussi témoigné dans le DVD "9 témoins" :
DVD (4) : 9 Témoignages d’internés et de déportés juifs à télécharger

NM. Mise à jour le 3 novembre 2011


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 2238 / 826908

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Témoignages  Suivre la vie du site Lectures de livres de témoins   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.4 + AHUNTSIC

Creative Commons License