Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/cercleshoah/www/config/ecran_securite.php on line 358
Nu parmi les loups, l'enfant de Buchenwald - [Cercle d'étude de la Déportation et de la Shoah - Amicale d'Auschwitz]
Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah - Amicale d’Auschwitz

Nu parmi les loups, l’enfant de Buchenwald

jeudi 12 mars 2015

"Nu parmi les loups", de Philipp Kadelbach, d’après un scénario de Stefan Kolditz, le 1er avril 2015, ARD, 20h15

 Nu parmi les loups

Cette histoire de l’enfant caché dans le camp de Buchenwald est devenu une légende à l’époque de la RDA.
A l’origine :
APITZ Bruno, Nackt unter Wölfen ( "Nu parmi les loups"), Halle, RDA, 1958 ; Paris, éd. Français Réunis, 1961.
BEYER Frank, Nu parmi les loups, film de RDA, 1963, d’après le livre de Bruno Apitz,
ZWEIG Zacharias et ZWEIG Stefan Jerzy, Tränen allein genügen nicht, (Les larmes ne suffisent pas), postface d’Elfriede Jelinek, Vienne, Eigenverlag, 2005, 469 p.

Les « triangles rouges » [1]. qui appartiennent à la résistance politique, surtout communiste, du camp comme Walter Bartel, Wilhelm Hammann, Franz Leitner, Robert Siewert, Willi Bleicher, Vladimir Kholoptchev, Iakov Goftman, Piotr Avdeïenko et Gustav Schiller et d’autres, ont supplanté les « triangles verts » et s’efforcent de protéger les enfants et les adolescents. Ceci n’empêche pas des jeunes d’être envoyés à la mort.

Les détenus de Buchenwald se libèrent, le 11 avril 1945, 15 h 15 à l’horloge du portail.
Le camp est sous le contrôle des politiques lorsqu’une avant-garde de l’armée américaine arrive dans l’après-midi et découvre des montagnes de cadavres et 903 enfants et adolescents, surtout des garçons originaires des shtetls de l’est parmi les 21 000 détenus qui ont échappé aux marches de la mort.
Les enfants à Buchenwald :
http://www.buchenwald-dora.fr/3temoignages/tem/100.htm

Mémorial symbolisant la révolte

Un remake TV a été tourné en Allemagne, pour "rétablir la vérité" sur la légende communiste de l’enfant du camp de Buchenwald et sur la libération par les communistes du camp de Buchenwald.
Le directeur du Mémorial voulait mettre fin aux légendes. Il parlait d’échange de victime Opfertausch, désignant Jersy Zweig, détenu de 3 ans au moment des faits en 1943, comme s’il pouvait en être responsable. Aujourd’hui il n’utilise plus ce terme Opfertausch. Les échanges Antausch étaient fréquents dans les camps [2]. La RDA a brodé sur l’auto-libération du camp de Buchenwald . Cependant la résistance a pu prendre le contrôle du camp et éviter l’évacuation complète du camp. Le 11 avril 1945, il y a eu une révolte armée, sans l’organisation de résistance, le camp, à la libération par les Américains aurait sombré dans le chaos, reconnait le réalisateur du téléfilm. Il voudrait développer une mémoire entre l’Allemagne de l’Est et l’Allemagne de l’Ouest.

 Nu parmi les loups, film,1963

Nackt unter Wölfen, film de Frank Beyer, 1963, DEFA, (RDA), 124 min, d’après le livre et le scénario de Bruno Apitz
Résumé détaillé
Jankowski, un détenu polonais juif arrive au camp de concentration de Buchenwald avec une valise. Des détenus chargés de ramasser les bagages des arrivants la cachent et découvrent qu’elle contient un enfant. Le Polonais explique que l’enfant vient du ghetto de Varsovie et que ses parents sont morts à Auschwitz.
Les armées alliées progressent en Allemagne, les Américains sont à Remagen. Un dilemme se pose à l’organisation internationale clandestine qui s’est mise en place dans le camp : faut-il se débarrasser de l’enfant qui les met en danger ou contribuer à le sauver ? Bien que le chef de la résistance soit pour le départ du Polonais et de l’enfant dans un transport, deux détenus de la baraque aux effets (Effektenkammer), Höfel, le chef du bloc et un Polonais, Kropinski, cachent l’enfant. Un SS les découvre. Alors que ceux-ci croient le tenir en lui faisant miroiter son silence contre une possibilité de négocier l’après-guerre avec les Américains, la femme du SS manigance une dénonciation anonyme contre l’enfant et ses protecteurs auprès du bureau des SS. Mais l’enfant juif a disparu lorsque les SS viennent le chercher. Les détenus ont mis l’enfant à l’abri, là où les SS n’iront pas, dans le Block 61, celui des contagieux. Les SS furieux envoient Höfel et Kropinski au Bunker pour y être torturés.
Au cours d’une réunion clandestine, les dirigeants s’inquiètent : les deux camarades vont-ils céder sous la torture et révéler la cachette des armes ?
Les SS qui soupçonnent l’existence d’une organisation, pensent prendre les chefs par le biais de l’enfant, aussi ils envoient des membres de l’Effektenkammer à la Gestapo à Weimar. Pippig, responsable de l’enfant, est dans une cellule avec un vieux détenu, Rose, qui, mort de peur, crie qu’il n’a rien fait. Les SS déboulent dans la baraque 61 sans rien trouver. Des détenus de Kommandos extérieurs passent par le portail du camp en chantant le Chant de Buchenwald.
Le comité international se reproche de ne pas avoir respecté les consignes de sécurité en laissant parler leur coeur avec cet enfant.
Le Blockführer de la baraque aux effets remet au commandant du camp une liste de 46 détenus, établie par un mouchard. Le commandant raye le nom du Lagerälteste en disant en avoir besoin pour maintenir l’ordre parmi 50 000 prisonniers. Les chefs SS veulent fusiller les 46 tout de suite à la carrière, mais 300 personnes y travaillent. Là-dessus, l’ordre d’évacuation d’Himmler arrive. Le haut-parleur annonce : 9 détenus et un mort à la porte du camp. Pippig est mort.
Les Américains sont à Eisenach. Le comité international décide de cacher les 46 un peu partout dans le camp, avec la consigne qu’il faudra se défendre si l’un d’eux est pris, malgré le peu d’armes en leur possession. L’enfant a disparu.
A l’appel du matin, il manque des détenus. Les 46 désignés sont invités à sortir des rangs, des camions les attendent à la porte. Mais le commandant du camp a peur : il ne veut pas que les alliés trouvent des cadavres partout dans son camp, il sait ce qui attend les criminels de guerre. Aussi, pour donner des gages aux SS, il donne l’ordre d’évacuer les juifs. Six mille juifs crient, se cachent, refusent d’aller à la place d’appel qui est vide. Les Américains sont à Gotha. Les détenus organisent la pagaille pour retarder l’évacuation de la colonne de juifs qui a été formée à coups de bâtons. Dans le Bunker, le bourreau met une corde au cou des deux suppliciés en leur promettant de les pendre.
Le chef SS réclame 10 000 détenus pour le lendemain matin à la porte. Les Soviétiques veulent se soulever, les chefs clandestins font réapparaître les 46 politiques et l’enfant qui était dissimulé dans la porcherie par le soviétique Léonid.
Le matin, il n’y a personne sur l’immense place d’appel. Des SS courent partout avec des chiens pour vider des baraques et arrivent à envoyer 1000 personnes dans les marches de la mort. Le Comité international ne donne toujours pas l’ordre de l’insurrection. Le Blockälteste leur rappelle que certains sont déjà morts pour cacher l’enfant et que 6000 SS dans encore le camp. Les Américains sont à Erfurt, à 12 kilomètres de Weimar. Le 8 avril, les détenus envoient un message radio aux alliés pour les appeler à l’aide.
Les SS armés prennent place dans la tour et préparent l’évacuation des prisonniers soviétiques et des Polonais. Un SS entre dans une baraque et en apercevant l’enfant, veut tirer, mais tous les détenus présents se massent pour protéger l’enfant.

Au matin du 11 avril, les sirènes hurlent, on entend des tirs, les chars américains sont à quelques kilomètres. Les détenus sortent les armes de leurs cachettes. Il ne reste plus que 21 000 détenus. Les SS s’enfuient. L’ordre est donné par le chef de la résistance illégale du camp de se soulever. Les gardes SS se rendent. A 15 h 15 le drapeau blanc flotte sur la tour du portail. « Kameraden ! Die Faschisten sind geflohen ! » (les fascistes ont fui). Une marée humaine déferle vers la porte du camp. L’enfant apeuré pleure dans les bras du Lagerälteste. Plus rien ne peut arrêter le fleuve de la liberté.

Commentaire
L’histoire de l’enfant racontée dans le roman et dans le film est un peu différente de la réalité. Dans cette fiction, l’enfant arrivé dans une valise n’est pas inscrit dans les registres du camp, il est le seul enfant, le Polonais n’est pas son père. Mais concernant la résistance dans le camp, Bruno Apitz sait de quoi il parle, lui-même a fait 8 ans à Buchenwald, il était sur la liste des 46 dénoncés par un mouchard.

Par la lecture de ce roman, les jeunes de RDA ont pu connaître les système concentrationnaire, les fours crématoires et l’exploitation des cadavres, les marches de la mort, l’extermination des juifs à Auschwitz, le rôle des Schreiber dans l’établissement des listes, la brutalité des SS et leurs sbires, le Bunker où les détenus torturés mouraient dans des conditions atroces, l’impuissance des politiques du Comité international qui, face aux SS, n’ont pu se révolter qu’à l’approche des Américains. On retrouve chez divers personnages des traits ou des actions qui appartiennent à de vraies personnes.

Le réalisateur
Frank Beyer, 1933-2006, réalisateur de RDA, a grandi sous le nazisme, a étudié le cinéma à Prague. Une adaptation du livre Nu parmi les loups a eu lieu pour la télévision de RDA en 1960 par Georg Leopold. Un film doit être tourné. Divers réalisateurs sont pressentis dont Wolfgang Langhoff (Die Moorsoldaten), mais il préfère se tourner vers le théâtre et c’est Frank Beyer qui fait le film. Parmi les acteurs, plusieurs ont été détenus dans les camps, certains ont été torturés. Ernst Busch, victime d’une attaque, n’a pu jouer le rôle principal.
Frank Beyer dénonce dans son autobiographie les nouvelles interprétations de l’histoire qui privilégient les victimes du communisme après 1945 et tendent à oublier les victimes du nazisme.

Les « triangles rouges » ont été accusés par certains d’avoir collaboré avec les SS en mettant sur les listes de transport des non-communistes pour que les dirigeants communistes puissent prendre le pouvoir après le nazisme, mais un millier d’enfants ont survécu grâce à leur action dans le camp de Buchenwald.

sources :
Nu parmi les loups, (Nackt unter Wölfen), Frank BEYER, film de RDA, 1963, 124 min, d’après le roman de Bruno Apitz.
BEYER Frank, Wenn der Wind sich dreht, (si le vent tourne), München, Econ Verlag, 2001

Présentation du film Nu parmi les loups sur le site defa-sternstunden :
http://web.archive.org/web/20100130...
la fiche complète du CR sur le film :
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article61
Les détenus à fonction (Funktionshäftlinge) "les Fonctionnaires"
Le dictionnaire de Buchenwald
Buchenwald par ses témoins, histoire et dictionnaire
APITZ Bruno, Nackt unter Wölfen "Nu parmi les loups", Halle, RDA, 1958 ; Paris, éd. Français Réunis, 1961
COMBE Sonia, Une vie contre une autre. Echange de victime et modalités de survie dans le camp de Buchenwald, Fayard, 333 p.
GEVE Thomas, ll n’y a pas d’enfants ici, dessins d’un enfant survivant des camps de concentration, préface de Boris Cyrulnik, éd. J.-C. Gawsewitch, Paris, 2009, 160 p.
http://www.buchenwald-dora.fr/6flas...
KERTESZ Imre, Être sans destin, Actes Sud, 1998
Wiesel Elie [3], La Nuit, Les Éditions de Minuit, 1958
ZWEIG Zacharias et ZWEIG Stefan Jerzy, Tränen allein genügen nicht (Les larmes ne suffisent pas), postface d’Elfriede Jelinek, Vienne, Eigenverlag, 2005, 469 p.

http://www.cercleshoah.org/IMG/pdf/biblio_buchenwald.pdf

NM, mars 2015

[1Les « triangles rouges » sont détenus pour des raisons politiques, qui en accédant aux positions clefs permettent de diminuer la violence et exercent une certaine influence dans la gestion du camp

[2Lire Une vie contre une autre de Sonia Combe

[3Prix Nobel de la paix, Elie Wiesel, écrivain américain, est à la tête d’Elad, une organisation radicale de colons israéliens depuis 2011.
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/10/26/quand-elie-wiesel-parraine-les-extremistes-juifs-de-jerusalem_1593951_3218.html


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1841 / 830664

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Ressources pédagogiques  Suivre la vie du site CR Livres, films, expos, à lire, à voir, écouter  Suivre la vie du site Les Films   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.4 + AHUNTSIC

Creative Commons License