Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/cercleshoah/www/config/ecran_securite.php on line 378
Réhabilitation de la maison de Léon Blum à Jouy-en-Josas - [Cercle d'étude de la Déportation et de la Shoah - Amicale d'Auschwitz]
Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah - Amicale d’Auschwitz

Réhabilitation de la maison de Léon Blum à Jouy-en-Josas

Appel à soutenir le projet de réhabilitation de la Maison Blum
lundi 23 mars 2015

Pour soutenir le projet de réhabilitation de la maison Léon Blum.
https://www.fondation-patrimoine.org/don-leonblum

La “Maison des Illustres”

À Jouy-en-Josas, dans la vallée de la Bièvre
Photos de la Maison Léon Blum © Colombe Clier – MCC

Léon Blum, homme d’état

Léon Blum

Léon Blum est né le 9 avril 1872 à Paris. Commerçant aisé originaire de Westhoffen en Alsace, son père insiste pour qu’il suive des études de haut niveau. Après son cursus de droit et de lettres à la Sorbonne, il entre au Conseil d’État tout en poursuivant une carrière de critique littéraire et dramatique.
Disciple de Jean Jaurès qu’il a rencontré lors du combat dreyfusard, Léon Blum entre véritablement en politique en 1914, comme chef de cabinet de Marcel Sembat.
Leader de la SFIO (section française de l’internationale ouvrière), ancêtre du parti socialiste, de 1905 à 1969, il est chef du gouvernement du Front Populaire de juin 1936 à juin 1937, puis brièvement en mars 1938. Son passage au gouvernement est marqué par des réformes sociales sans précédent : congés payés, semaine de 40 heures.
Le 10 juillet 1940, Léon Blum fait partie des 80 parlementaires qui refusent les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Arrêté et incarcéré le 15 septembre 1940, traduit devant la cour de Riom, il est incarcéré au Fort du Portalet.

Le fort du Portalet. Photo JB Mullier, 16 octobre 2016

Il est livré par Vichy aux Allemands puis déporté dans une annexe du camp de Buchenwald en mars 1943. Jeanne obtient de le suivre, volontairement, en déportation.

Dès leur retour de déportation, en mai 1945, Léon Blum et sa femme Jeanne décident de s’installer au Clos des Metz, alors propriété de Jeanne, à Jouy-en-Josas. Dans cette ancienne fermette du XVIIIe siècle, le leader du Front populaire vit paisiblement auprès de sa femme les cinq dernières années de sa vie. Il écrit beaucoup, en particulier de nombreux éditoriaux pour le journal Le Populaire.

Le bureau de Léon Blum © Colombe Clier – MCC

Nombreux sont ceux, hommes politiques, intellectuels ou hommes d’action, qui viennent alors le consulter et rechercher ses avis. C’est de là qu’il reprend son activité d’homme d’État : négociation des dettes de guerre de la France auprès des États-Unis, présidence de la conférence constitutive de l’UNESCO, accord Blum-Byrnes sur la diffusion des films américains dans les salles françaises, etc.
Fin 1946, il redevient président du Conseil pour quelques semaines, pour assurer la transition constitutionnelle ; puis vice-président en 1948.
Léon Blum décède dans cette maison du Clos des Metz, le 30 mars 1950, et repose, après des obsèques nationales, au cimetière de Jouy-en-Josas.

C’est à Jouy-en-Josas que Léon Blum passa les dernières années de sa vie, de 1945 à 1950, en compagnie de sa femme Jeanne, dans leur maison du Clos des Metz.

Jeanne et Léon Blum

Une “Maison des illustres”
Jeanne Blum cède la propriété en 1982 au Syndicat Intercommunal d’Aménagement de Jouy-Vélizy (SIAJV), représenté par le maire de Jouy-en-Josas, Jacques Toutain. Peu de temps après, la propriété est rétrocédée à la ville de Jouy-en-Josas par une convention qui reprend les termes de la cession précédente : la ville doit y perpétuer le souvenir de Léon Blum et y développer des activités culturelles.
Jacques Toutain obtient du ministère de la Culture en 1983 l’inscription de la maison au registre des Monuments Historiques. La maison est ensuite transformée en musée, avec l’aide des historiens Pierre Nora et Pascal Ory. Le musée est inauguré par le président de la République, François Mitterrand, le 7 juin 1986.
Tout récemment, en mars 2012, la maison est labellisée “Maison des Illustres” par le Ministre de la Culture et de la Communication. C’est ce passage de relais entre générations qu’il convient maintenant de poursuivre en assurant la pérennisation de ce lieu de mémoire – qui doit être aussi lieu de vie.

Le projet de réhabilitation de la maison Léon Blum
La commune de Jouy-en-Josas souhaite faire revivre la mémoire de Léon et de Jeanne Blum à travers une réhabilitation de la maison, l’aménagement d’un local d’accueil mieux adapté (y compris pour les visiteurs handicapés), l’installation d’un nouveau parcours muséographique et l’organisation de manifestations régulières autour de centres d’intérêts chers à Léon Blum.
Il s’agit de donner aux visiteurs une qualité d’accueil et d’information qu’ils sont en droit d’attendre d’un lieu patrimonial ouvert au public. Si l’organisation de la maison et la taille des pièces ne permettront jamais d’accueillir des flots de touristes, les aménagements prévus respecteront le cadre et l’atmosphère des lieux, visant à transformer les visiteurs en hôtes privilégiés de Jeanne et Léon Blum.

Cette expérience de contact direct avec l’univers de Léon Blum facilitera la diffusion de ses idées et de ses convictions humanistes à une génération qui ne le connaît plus que comme dirigeant du Front populaire.

Le jardin et la maison proposent un parcours chrono-thématique, organisé autour de cinq thèmes et/ou temps forts de la vie de Léon Blum. La scénographie vise à faire ressortir l’harmonie entre les vies de Jeanne et Léon Blum, l’esprit du lieu et les collections qui y sont conservées.

Thème 1 : L’homme de lettres
Thème 2 : Le congrès de Tours 1920
Thème 3 : Le Front Populaire
Thème 4 : La défaite, la captivité, la déportation
Thème 5 : L’après-guerre

POUR SOUTENIR LA MAISON LÉON BLUM :
https://www.fondation-patrimoine.org/don-leonblum

Nathalie Boyer

Contact : Nathalie Boyer : n.boyer@jouy-en-josas.fr 01 39 20 11 16

Mairie de Jouy-en-Josas - BP 33 - 78354 Jouy-en-Josas Cedex

DAENINCKX Didier,  Un parfum de bonheur, Gallimard, 2016,128 p.