Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/cercleshoah/www/config/ecran_securite.php on line 378
Le point sur le Cercle d'Etude - [Cercle d'étude de la Déportation et de la Shoah - Amicale d'Auschwitz]
Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah - Amicale d’Auschwitz

Le point sur le Cercle d’Etude

Les origines
mercredi 12 décembre 2012

Journée du 12 décembre 1998
L’idée du Cercle d’Etude de la Déportation et de la Shoah a été lancée le 6 décembre 1996 au cours de la première journée d’étude organisée au lycée Edgar Quinet sur le négationnisme et l’enseignement de la Déportation et de la Shoah

Bref rappel historique :

Après les voyages à Auschwitz, certains professeurs avaient envie de prolonger la réflexion à propos de thèmes communs. L’idée du Cercle d’Etude de la Déportation et de la Shoah a été lancée le 6 décembre 1996 au cours de la première journée d’étude organisée au lycée Edgar Quinet sur le négationnisme et l’enseignement de la Déportation et de la Shoah, pour les professeurs, professeurs-documentalistes, et bibliothécaires.

Dans l’amphithéâtre du lycée Edgar Quinet
Monique, Raphaël

Le Cercle d’étude a démarré cette année, indépendamment des journées annuelles comme celle d’aujourd’hui, par une conférence de Maître Michel Zaoui et la constitution d’un collectif, sous la Présidence d’Hubert Tison, Secrétaire général de l ‘APHG et Hubert Néant, Inspecteur Pédagogique Régional.

Il s’agit d’un projet commun à l’Amicale d’Auschwitz et à l’APHG, c’est à dire que s’est constitué un lieu d’échanges et de réflexion sur les témoignages des déportés et des travaux interdisciplinaires des historiens, philosophes.

Un collectif s’est constitué avec un groupe d’une dizaine de professeurs. L’objectif étant de développer des formes multiples de transmission de la Mémoire et de l’Histoire :

- avec des journées d’étude annuelles (le négationnisme en 1996, les témoignages des rescapés des ghettos en 1997, Archives et témoins en 1998).
- des conférences du Cercle d’étude, comme celle su r le procès Papon par Maître Zaoui.
- des conférences publiques, ( telle celle, à la Mairie du IV à Paris, de Gerhard Riegner, vice-président du Congrès Juif Mondial, qui vivant en Suisse durant la deuxième guerre, a prévenu, en Août 1942 les chefs d’états alliés, anglais et américains, de la destruction des Juifs en Pologne et en Union Soviétique.
- des voyages d’étude sur les lieux de mémoire (voyages de Toussaint, réservés aux enseignants, organisés par l’Amicale d’Auschwitz).
- diffusion de travaux et matériel pédagogique.
Des brochures ou "Petits Cahiers" sur les comptes rendus des interventions des journées et conférences, et des articles sur le sujet.
Des DVD du Cercle

- réalisation d’une brochure pour les jeunes professeurs pour début 1999 avec des cahiers modulaires, une bibliographie commentée de livres pour la jeunesse, un questionnaire à exploiter en classe sur Un hiver à voix basse de Dominique Laury, un recensement des lieux de mémoire, musées, des expérience pédagogiques : comment enseigner la Shoah en milieu difficile ?
Cf. Utiliser le moteur de recherche en haut de la page

Les perspectives

Indépendamment des travaux en cours, le collectif de professeurs élabore des thèmes de réflexions pour les futures conférences, par exemple : le rôle de la Croix Rouge au cours des guerres 1914-1918 et 1938-1945. Un convoi particulier, celui des 45 000 à Auschwitz. Les enfants cachés dans l’Europe occupée et la France en particulier (pour le 19 mai 1999 au lycée Edgar-Quinet)

Le Cercle d’étude est ouvert aux Amicales de Déportés, à la Fondation pour la Mémoire de la Déportation et s’adresse aux professeurs, professeurs documentalistes et bibliothécaires, aux universitaires, mais aussi aux Instituts de Formation des Maîtres ce qui permettraient de fédérer des initiatives pouvant aboutir à la création de cercles d’étude régionaux.

Il faut que l’Université dirige des travaux de recherche sur la Shoah et que les idées circulent, que des étudiants puissent intervenir dans les cercles d’étude.

Internet peut servir de relais avec la province : Daniel Letouzey de l’APHG de Caen a mis en ligne la brochure de1997 et le texte de Marie- Paule Hervieu sur le témoignage : http://aphgcaen.free.fr/

Jean Gavard évoque l’élargissement et la collaboration du Cercle d’Etude actuel avec la Fondation Mémoire de la Déportation.

Il précise que l’Amicale de Mauthausen a réfléchi dans le cadre des voyages de professeurs au camp de Mauthausen à leur prolongement, toutes ses conclusions rejoignent celles de l’Amicale d’Auschwitz.

Le Président de l’APHG, Hubert Tison conclut à son tour.

Raphaël Esrail de l’Amicale d’Auschwitz :
Nous nous sommes rencontrés avec Jean Gavard pour examiner la synergie possible qui conduirait à un travail commun Amicale d’Auschwitz/ Fondation Mémoire de la Déportation, auquel serait obligatoirement liée l’Association des professeurs et géographie et aussi pourquoi pas la Fondation de la Résistance. Avec Jean Gavard, nous essayerons de faire des propositions concrètes, mais nous savons que la tâche est plus complexe qu’il n’y parait à première vue.

Pour conclure cette journée, Raphaël Esrail remercie les participants d’être présents ce jour. Pour ceux qui viennent de province, c’est un important effort, qui doit trouver une réponse par la qualité de nos travaux et la convivialité de la rencontre. Il espère qu’il en fut ainsi.

Enfin avant de passer la parole au Président de l’Amicale d’Auschwitz, Henry Bulawko, il tient à remercier, les conférenciers Annette Wieviorka, Caroline Obert, et les intervenants. Une mention particulière est réservée aux membres du " collectif des professeurs " qui ne mesurent pas leur travail, citons notamment : Nicole Mullier et son mari qui a retranscrit les conférences 1998, Marie-Paule Hervieu et très sincèrement tous les autres professeurs.

Henry Bulawko rappelle que cette réunion est devenue traditionnelle après le voyage des professeurs, durant les vacances de la Toussaint 1994. Il en souligne l’ambiance, toujours amicale, chaleureuse et se félicite de la collaboration qui s’instaure entre les historiens, l’APHG représenté par Hubert Tison, les anciens déportés. Tout cela doit porter les fruits que nous attendons.

" Témoigner...c’est un devoir impérieux pour tous les survivants de la déportation. Ces images qui hantent encore nos nuits, qui surgissent soudain dans nos mémoires, même au milieu d’une fête, même sur une plage au soleil, même auprès du berceau d’un enfant, nous n’avons pas le droit de les oublier . Tant que nous serons vivantes, nous devons témoigner des crimes des SS, des souffrances de la mort de nos camarades, rappeler jusqu’où conduit le racisme, mépris de l’homme, comment aussi nous avons lutté pour rester libres, quelle fraternité nous a unies dans le combat pour rester dignes de notre condition humaine ".
Geneviève de Gaulle Antonioz, présidente de l’Association nationale des anciennes déportées et internées de la Résistance (ADIR).

(Extrait de la préface d’un recueil de 36 dessins à la plume de Violette Lecoq, exposés au Lycée Edgar Quinet en hommageaux élèves et professeurs du lycée Edgar Quinet disparues de la deuxième guerre).

Nicole Mullier 05/05/1999

Art. 10. Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses
Août 2016


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1074 / 947591

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Cercle d’étude  Suivre la vie du site Le Cercle d’étude de la déportation et de la Shoah   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License