Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/cercleshoah/www/config/ecran_securite.php on line 358
Himmler, Peter Longerich - [Cercle d'étude de la Déportation et de la Shoah - Amicale d'Auschwitz]
Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah - Amicale d’Auschwitz

Himmler, Peter Longerich

et les discours de Posen, des 4 et 6 octobre 1943
vendredi 1er janvier 2010

Peter Longerich, à travers la biographie d’Himmler, étudie les étapes du génocide de 1933 à 1945, en combinant biographie et histoire structurelle, en multipliant les sources, en particulier les carnets et les discours d’Himmler.
Dans les discours de Posen des 4 et 6 octobre 1943, il est peu question de la destruction des Juifs.

 Himmler

Himmler, Reichsführer-SS et ministre de l’intérieur
LONGERICH Peter, Himmler, Éditions Héloïse d’Ormesson, 2010, 920 p. (publié sans la bibliographie de l’édition allemande.)

Heinrich Himmler est né le 7 octobre 1900 à Munich. Il est arrêté par les Anglais près de Lünebourg où il se suicide le 23 mai en croquant dans une ampoule de cyanure.

Himmler a eu une enfance normale dans un milieu catholique conservateur bavarois. Son père, enseignant de lettres classiques, lui a offert un journal intime, mais qu’il corrige personnellement pour « aider » son fils à progresser. Comme il est né en 1900, il est frustré de ne pas avoir pris part aux combats de la Première guerre et fréquente les milieux paramilitaires. Il fait des études pour devenir ingénieur agronome. Il devient en 1927 adjoint au chef d’un groupe qui s’occupe de la protection des dirigeants nazis, la SS Schutzstaffel [1]. Il se révèle être un bon organisateur et la montée en puissance de la SS va le servir.
En 1933, il organise la terreur en Bavière avec la police politique dont il est le chef, il crée le camp de concentration de Dachau et renforce la SS. Ses méthodes sont admirées par ses pairs. Il est une alternative aux SA qui trop turbulents aux yeux de Hitler. Après avoir joué un rôle décisif dans la « Nuit des longs couteaux » en 1934, il devient, étape par étape, l’homme le plus important après Hitler.
À la fin de la guerre, il aura concentré entre ses mains la totalité les moyens de coercition de l’appareil nazi et de l’État : la terreur, la persécution, l’extermination.

La SS est une élite, une avant-garde ; Himmler lui forge une morale, des vertus, célèbre le culte de la germanité. Il surveille le mariage des SS qui devront avoir beaucoup d’enfants. Le système est efficace mais en réalité, il s’agit d’une double morale.

Himmler anticipe les attentes de son « Führer » qui donne les signaux. Le « Reichsführer SS » prend fréquemment rendez-vous avec Hitler pour s’assurer de ne pas se tromper. Pour Longerich, le système nazi n’est pas un système hiérarchique.
L’objectif est l’anéantissement de ceux qui sont au bas de l’échelle raciale nazie, et d’organiser le repeuplement « germanique » de l’« espace vital ». Les nazis revendiquent le droit de coloniser à l’Est.

L’extermination des juifs occupe une place primordiale dans la vie de Himmler. Il faut trouver un procédé d’anéantissement qu’il qualifie d’ « agréable » ( angenehm ), et des fusillades, on passe aux gaz après l’épisode de Minsk où il a défailli devant un massacre.
«  Il faut rester « correct » ( anständig ) dans les massacres » dit-il à ses hommes.

 4 octobre 1943

Discours secret du Reichführer-SS Himmler à Posen (Poznan), devant des officiers supérieurs SS [2], du 4 octobre 1943. Le discours de Posen du 4 octobre 1943, il parle de l’extermination comme d’une « page de gloire de l’histoire allemande, mais qui ne sera jamais écrite ». Il utilise le mot anständig (correct, honnête) pour parler de l’action des SS. Il utilise le terme Evakuierung, euphémisme qu’il explique ensuite en utilisant le terme très fort Ausrottung dans le deuxième paragraphe du texte, cf. infra .
Dans ce discours, il parle de l’extermination des juifs au passé, car il a déjà en tête de continuer l’épuration raciale vers l’Asie.

Les idées clefs :
Himmler parle de l’attaque contre l’URSS, de l’hiver 1941, de l’année 1942, l’année 1943, des Russes, de la guerre contre les partisans, de Wlassow, de la psychologie des Slaves, des Italiens, des Balkans, des territoires occupés, des sabotages, e la guerre aérienne, navale, du front intérieur, des communistes dans le Reich, de l’Angleterre, de l’Amérique, des SS, des Waffen-SS, du mariage des SS, de von dem Bach et de la lutte contre les partisans, de la police, de l’action du ministre de l’intérieur, enfin de l’évacuation des Juifs, et il précise que évacuation veut dire extermination, il reprend, les SS, leur sélection, la conduite des SS, la fidélité, l’obéissance, la bravoure, la sincérité, la justice, l’honneur, la camaraderie, la responsabilité, le zèle, la mission des SS, le parti et la Wehrmacht, les auxiliaires SS, l’avenir, quand on aura gagné la guerre.
Ce discours a été gravé et dactylographié.
Le texte en allemand :
http://shoaportalvienna.com/2015/05/01/shoaportal-archiv-himmler-in-posen-rede-4-10-1943-volltext/

Seulement quelques minutes de son discours de trois heures concernent l’extermination des Juifs, soit une page de texte sur 41.

 Die Judenevakuierung

Ich will hier vor Ihnen in aller Offenheit, auch ein ganz schweres Kapitel erwähnen. Unter uns soll es einmal ganz offen ausgesprochen sein, und trotzdem werden wir in der Öffentlichkeit nie darüber reden. Genau so wenig, wie wir am 30. Juni 1934 gezögert haben, die befohlene Pflicht zu tun und Kameraden, die sich verfehlt hatten, an die Wand zu stellen und zu erschießen, genau so wenig haben wir darüber jemals gesprochen und werden je darüber sprechen. Es war eine, Gott sei Dank in uns wohnende Selbstverständlichkeit des Taktes, daß wir uns untereinander nie darüber unterhalten haben, nie darüber sprachen. Es hat jeden geschaudert und doch war sich jeder klar darüber, daß er es das nächste Mal wieder tun würde, wenn es befohlen wird und wenn es notwendig ist.

Ich meine jetzt die Judenevakuierung, die Ausrottung des jüdischen Volkes. Es gehört zu den Dingen, die man leicht ausspricht. – „Das jüdische Volk wird ausgerottet“, sagt ein jeder Parteigenosse, „ganz klar, steht in unserem Programm, Ausschaltung der Juden, Ausrottung, machen wir.“ Und dann kommen sie alle an, die braven 80 Millionen Deutschen, und jeder hat seinen anständigen Juden. Es ist ja klar, die anderen sind Schweine, aber dieser eine ist ein prima Jude. Von allen, die so reden, hat keiner zugesehen, keiner hat es durchgestanden. Von Euch werden die meisten wissen, was es heißt, wenn 100 Leichen beisammen liegen, wenn 500 daliegen oder wenn 1000 daliegen. Dies durchgehalten zu haben, und dabei - abgesehen von Ausnahmen menschlicher Schwächen – anständig geblieben zu sein, das hat uns hart gemacht. Dies ist ein niemals geschriebenes und niemals zu schreibendes Ruhmesblatt unserer Geschichte, denn wir wissen, wie schwer wir uns täten, wenn wir heute noch in jeder Stadt - bei den Bombenangriffen, bei den Lasten und bei den Entbehrungen des Krieges - noch die Juden als Geheimsaboteure, Agitatoren und Hetzer hätten. Wir würden wahrscheinlich jetzt in das Stadium des Jahres 1916/17 gekommen sein, wenn die Juden noch im deutschen Volkskörper säßen.

Die Reichtümer, die sie hatten, haben wir ihnen abgenommen. Ich habe einen strikten Befehl gegeben, den SS-Obergruppenführer Pohl durchgeführt hat, daß diese Reichtümer selbstverständlich restlos an das Reich abgeführt wurden. Wir haben uns nichts davon genommen. Einzelne, die sich verfehlt haben, werden gemäß einem von mir zu Anfang gegebenen Befehl bestraft, der androhte : Wer sich auch nur eine Mark davon nimmt, der ist des Todes. Eine Anzahl SS-Männer - es sind nicht sehr viele - haben sich dagegen verfehlt und sie werden des Todes sein, gnadenlos. Wir hatten das moralische Recht, wir hatten die Pflicht gegenüber unserem Volk, dieses Volk, das uns umbringen wollte, umzubringen. Wir haben aber nicht das Recht, uns auch nur mit einem Pelz mit einer Uhr, mit einer Mark oder mit einer Zigarette oder mit sonst etwas zu bereichern. Wir wollen nicht am Schluß, weil wir einen Bazillus ausrotteten, an dem Bazillus krank werden und sterben. Ich werde niemals zusehen, daß hier auch nur eine kleine Fäulnisstelle entsteht oder sich festsetzt. Wo sie sich bilden sollte, werden wir sie gemeinsam ausbrennen. Insgesamt aber können wir sagen, daß wir diese schwerste Aufgabe in Liebe zu unserem Volk erfüllt haben. Und wir haben keinen Schaden in unserem Inneren, in unserer Seele, in unserem Charakter daran genommen.

en français :
http://www.cicad.ch/fr/educational-materials/discours-de-himmler-devant-des-officiers-ss-%C3%A0-poznan-4-octobre-1943.html

Écouter le discours de Himmler :
http://www.nizkor.org/hweb/people/h/himmler-heinrich/posen/oct-04-43/himmler-ausrottung.ra

Geheimrede des Reichsführers-SS Heinrich Himmler bei SS-Gruppenführertagung in Posen gehalten am 4. Oktober 1943 : les 3 heures du discours : texte complet et audio :
http://www.susannealbers.de/09animation-video29poznan-rede.html

Hitler, ein Film aus Deutschland , Hans-Jürgen Syberberg, 1977, 7 h.
Dans ce film, Syberberg fait dire par un acteur des extraits du discours.
Das Himmler-Projekt, film de Romuald Karmakar, 2000, avec Manfred Zapatka qui lit pendant 3 heures le discours complet du 4 octobre 1943.

  6 octobre 1943

Le deuxième discours de Posen, du 6 octobre 1943 devant des Gauleiter : 43 Gauleiter et 16 Reichsleiter. Speer était-il là ?
„Ich bitte Sie, das, was ich Ihnen in diesem Kreise sage, wirklich nur zu hören und nie darüber zu sprechen. Es trat an uns die Frage heran : Wie ist es mit den Frauen und Kindern ? – Ich habe mich entschlossen, auch hier eine ganz klare Lösung zu finden. Ich hielt mich nämlich nicht für berechtigt, die Männer auszurotten – sprich also, umzubringen oder umbringen zu lassen – und die Rächer in Gestalt der Kinder für unsere Söhne und Enkel groß werden zu lassen. Es mußte der schwere Entschluß gefaßt werden, dieses Volk von der Erde verschwinden zu lassen. Für die Organisation, die den Auftrag durchführen mußte, war es der schwerste, den wir bisher hatten. […]“

Je vous demande d’écouter seulement ce que je vous dis dans ce cercle, et de ne jamais en parler. Il nous vient la question que faire des femmes et des enfants ? J’ai pris la décision de trouver une réponse tout à fait claire. Je ne me sentais pas autorisé à exterminer pour parler ainsi, de tuer ou faire tuer ces hommes et à laisser grandir les vengeurs sur nos enfants et petits enfants. La difficile décision devait être prise de faire disparaître ce peuple de la terre. L’organisation de cette tâche que nous devons conduire est la pire que nous ayons eu à mener...

 La fin

Heinrich Himmler entre en contact avec les Alliés, comme si de rien n’était. Il veut faire disparaître les traces. Il perd le sens de la réalité lorsqu’il essaie de se cacher maladroitement en simple soldat. Il a eu une mort peu glorieuse. Quand il est sûr d’être identifié, il croque une ampoule de cyanure, aussi, il n’est pas devenu une icône des néonazis.

Il y a eu deux discours de Himmler à Posen les 4 et 6octobre 1943.

"Les sous-hommes slaves"
Les populations de l’Europe de l’Est, "les sous-hommes slaves", sont toujours oubliées d’après Peter Jahn.
Une politique d’extermination par la famine a été mise en place. (thèses de Götz Aly, Suzanne Heim et Christian Gerlach).
Les 3 millions de prisonniers soviétiques, sur 7,5 millions, sont morts de faim ou d’une balle dans la nuque. Les 800 000 à un million des habitants de Léningrad, ont été affamés par un siège de 900 jours qui se termina le 27 janvier 1944.
Plus d’ un million de Polonais, des Serbes, des milliers de paysans aux récoltes brûlées, ont été exécutés comme partisans.

La conférence de Wannsee, texte en français :
http://www.ghwk.de/franz/frproto.htm

Bibliographie
BAECHLER Christian, Guerre et extermination à l’Est. Hitler et la conquête de l’espace vital. 1933-1945, Paris, Tallandier,‎ 2012, 524 p.
CHAPOUTOT Johan, La Loi du sang. Penser et agir en nazi, Gallimard, coll. Bibliothèque des Histoires, 2014
http://clio-cr.clionautes.org/la-loi-du-sang-penser-et-agir-en-nazi.html#.VORcqC5smVB
DELARUE Jacques, Histoire de la Gestapo, Paris, Fayard,‎ 1962.
FRIEDLÄNDER Saul, Les Années d’extermination. L’Allemagne nazie et les Juifs. 1939-1945, SEUIL, Collection l’univers historique, PARIS, 2008
KERSHAW Ian, La Fin ; Allemagne, 1944-1945, Paris, Éditions du Seuil,‎ 2012, 665 p.
KESSEL Joseph, Les Mains du miracle, Gallimard, Folio, 2013, 400 p. (sur Felix Kersten).
OLIVIER Laurent, Nos ancêtres les Germains, Les archéologues au service du nazisme, Paris, Tallandier,‎ 2012, 314 p.

Autres livres de Peter Longerich :
LONGERICH Peter, Politik der Vernichtung. Eine Gesamtdarstellung der nationalsozialistischen Judenverfolgung, [Politique de l’anéantissement], Munich, Piper, 1998
LONGERICH Peter, The Unwritten Order : Hitler’s Role in the Final Solution, Stroud, (Gloucestershire, Tempus, 2001, 160 p.
LONGERICH Peter, Davon haben wir nichts gewusst ! Die Deutschen und die Judenverfolgung 1933–1945, ( De cela on ne savait rien, les Allemands et la persécution des Juifs), Siedler Verlag, 2006
LONGERICH Peter, Himmler, Siedler Verlag, 2008,1040 p.
LONGERICH Peter, Joseph Goebbels. Biographie, Siedler Verlag, 2010, 912 p.
En français :
LONGERICH Peter, Nous ne savions pas, Les Allemands et la solution finale, Editions Éloïse d’Ormesson, 2008, 596 p.
LONGERICH Peter, Himmler, Éditions Héloïse d’Ormesson, 2010, 920 p. (sans bibliographie)

Articles sur Himmler dans le Zeit  :
http://www.zeit.de/schlagworte/personen/heinrich-himmler

Heinrich Himmler - The Decent One, film documentaire de Vanessa Lapa, sortie le 14 janvier 2015

NM 2010, 2015

[1Schutzstaffel : escadron de protection

[233 Obergruppenführer, 51 Gruppenführer und acht Brigadeführer der SS


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1520 / 826908

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Ressources pédagogiques  Suivre la vie du site Rubriques et articles  Suivre la vie du site Comment l’Allemagne est devenue nazie   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.4 + AHUNTSIC

Creative Commons License