Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/cercleshoah/www/config/ecran_securite.php on line 378
Welcome in Vienna - [Cercle d'étude de la Déportation et de la Shoah - Amicale d'Auschwitz]
Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah - Amicale d’Auschwitz

Welcome in Vienna

Trilogie d’Axel Corti "Dieu ne croit plus en nous", "Santa Fé" et "Welcome in Vienna"
mardi 25 juin 2013

« Mémoire juive de l’Autriche », le 8 janvier 2014, à 19h30, 6bis rue Michel-Ange, Paris 16ème.
Le 5 octobre 2013 a eu lieu au cinéma La Pagode à 10h 30, ciné-histoire présente "Dieu ne croit plus en nous", première partie de la trilogie "Welcome in Vienna" d’Alex Corti, 1987, Autriche, d’après le scénario autobiographique de Georg Stefan Troller, et en sa présence.

"Welcome in Vienna" (Vienne pour mémoire) d’Axel Corti, trilogie, 1986, Autriche
La trilogie Wohin und Zurück (Aller quelque part et revenir) :
* I- An uns glaubt Gott nicht mehr (Dieu ne croit plus en nous), 1982, 1h50
* II- Santa Fé, 1986, 1h50, SAMEDI 25 JANVIER 2014
À 10H30 Au cinéma La Pagode 57 Bis Rue Babylone 75007 Paris
* III- Welcome in Vienna 1986, 2h07, SAMEDI 22 MARS 2014, À 10H30 Au cinéma La Pagode
scénario de Georg Stefan Troller, Autriche
La trilogie a été montrée en 1986 au théâtre des Amandiers à Nanterre

Le premier film, Dieu ne croit plus en nous, montre le sort réservé aux immigrés fuyant le nazisme, à la recherche d’un pays d’accueil, essayant d’avoir des papiers et des visas. Ferry Tobler, un jeune juif viennois, s’enfuit d’Autriche après la "Nuit de cristal" en 1938. Il se retrouve avec des exilés allemands et autrichiens à Prague, puis après l’Anschluss, à Paris, sous la Troisième République, dans les camps français immondes comme à Saint-Just-en-Chaussée. La France de Vichy livre les opposants à Hitler ("Ghandi" dans le film). Marseille est une souricière. Ferry Tobler embarque à bord d’un vieux rafiot.
Puis, Santa Fé, c’est l’exil aux États Unis, le travail dans les sweat shop pour survivre pendant la Seconde Guerre mondiale, la déception.
"L’accueil des rescapés du nazisme est loin d’être facilité par les autorités américaines. Ils sont confrontés à l’isolement intense de la vie d’immigré sans ressources. Leur position est vite intenable : persécutés comme juifs en Autriche, puis, stigmatisés comme immigrés à New York, ils sont bientôt assimilés à l’ennemi allemand dès l’entrée en guerre des Etats Unis."

Troisième partie, SAMEDI 22 MARS 2014, À 10H30 au cinéma La Pagode
La troisième partie traite du retour de Freddy Wolff et de George Adler sous l’uniforme de l’armée américaine pour libérer Vienne des nazis.


Un commentaire et des photos du film :
http://www.dvdclassik.com/critique/welcome-in-vienna-partie-3-welcome-in-vienna-corti

- 1938 "La nuit de Cristal" (Kristallnacht) :
Goebbels exploite l’attentat à Paris de Herschel Grynszpan, 17 ans, contre le diplomate Ernst vom Rath, pour lancer le 9 novembre 1938 "La nuit de Cristal" ( Reichskristallnacht) un grand pogrom en Allemagne et en Autriche.
Ce pogrom n’est pas une réaction spontanée, ce n’est pas une conséquence de l’assassinat, il était préparé depuis longtemps par les nazis.

Rappel : Hitler était autrichien. 700 000 Autrichiens étaient membres du NSDAP. L’Autriche représentait 8% de la population du Reich, les Autrichiens fournissaient 14% du personnel des SS, 40% du personnel des camps d’extermination… et 70% des services responsables de la logistique de la solution finale sous la direction d’Eichmann.
11 000 Juifs autrichiens ont été assassinés à Auschwitz.
3000 résistants autrichiens ont été exécutés par les nazis
ART David, The Politics of the Nazi Past in Germany and Austria, 2005, Cambridge University Press, p. 43.
Dans Le Soleil voilé, Paul Schaffer, réfugié autrichien avec sa famille en France après " la nuit de Cristal" témoigne :
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article100

 Mémoire juive de l’Autriche

La « Mémoire juive de l’Autriche », le 8 janvier 2014, à 19h30, 6bis rue Michel-Ange, Paris 16ème, en partenariat avec le Forum culturel autrichien, la Bibliothèque de l’Alliance israélite universelle, souhaite « présenter une version équilibrée de la réalité autrichienne, autour de la question de la Mémoire. Quel meilleur guide sur ce sujet que le scénariste de l’inoubliable film Welcome in Vienna, Georg Stefan Troller, né en 1921, invité exceptionnel, témoin et acteur des évolutions souvent mouvementées de cette mémoire ? » avec Alexandra Cade, traductrice du scénario de la trilogie Welcome in Vienna, Jacques Kuperminc, directeur de la bibliothèque de l’AIU.
Auprès de lui, deux autres grands témoins de la scène culturelle autrichienne : son éditeur, Konstantin Kaiser, co-fondateur de la « Theodor Kramer-Gesellschaft » et éditeur de la revue ZwischenWelt, qui fait revivre les auteurs de l’exil autrichien, ainsi que Andreas Maislinger, le fondateur du service autrichien de la mémoire (service civil à l’étranger dans le cadre d’actions pour la mémoire de la Shoah) empêché ce jour-là, et deux jeunes Autrichiens, ayant effectué ce service civil en France, notamment à la Bibliothèque de l’AIU pour deux d’entre eux, Andreas Wintersperger après avoir été au Center of Jewish Studies Shangaï et Gregor Kroismayr qui était en 2011 au Centre de la Mémoire à Oradour.
Médiathèque Alliance Baron Edmond de Rothschild
6bis rue Michel-Ange, 75016 Paris, 0155747910 – maber@aiu.org
Le programme :

Mémoire autrichienne

"Ich habe die Worte verloren" (J’ai perdu les mots) dit le poète dans le deuxième film de la trilogie, Santa Fé, à Freddy. Georg Stefan Troller raconte qu’en exil aux Etats Unis, il écrivait des listes de mots, lisait tout ce qu’il pouvait en allemand. "Notre fierté, c’est la langue natale", même Thomas Mann, Bertolt Brecht étaient obsédés par cela.
Konstantin Kaiser précise que Frederick Brainin a écrit des poèmes
 [1] dans la langue des Américains immigrants. Lorsque les exilés ont essayé de revenir, on leur a dit qu’ils ne parlaient plus allemand, à Paul Celan par exemple.
On écrivait dans la langue de l’ennemi, mais on aime la langue. Troller précise que lors de son exil, il a écrit aussi en anglais.
Vienne avait la deuxième communauté juive du continent après Varsovie.
L’Autriche en donnant satisfaction à l’antisémitisme structurel a accepté l’assassinat d’un tiers des juifs autrichiens.
Dans les années cinquante, les Autrichiens trouvaient que c’était la faute des Allemands qui les ont envahis, ils ne voulaient rien savoir et refusaient de payer. Ils avaient déjà une mentalité de victimes après la première guerre mondiale
La nouvelle Autriche trouvait qu’elle n’avait rien à faire avec cette histoire, explique Kontantin Kaiser. Il précise que la non reconnaissance de l’exil a été le plus grand scandale culturel de l’après guerre. L’influence de l’église paysanne traditionnelle antisémite a cessé. Les temps ont changé depuis Waldheim [2].
Un effort de mémoire a été fait après 1992 [3], rappelle Alexandra Cade.
L’antisémitisme continue, dans tous les pays, il y a un vieux fond d’antisémitisme d’extrême droite. La Hongrie est un avertissement pour nous.
C’est une mémoire difficile.

 Médiagraphie

TROLLER Georg Stefan, Wohin und zurück – Die Axel-Corti-Trilogie. Buchausgabe der drei Drehbücher An uns glaubt Gott nicht mehr, Santa Fe und Welcome in Vienna, mit einem Nachwort (postface) von Ruth Beckermann, Verlag der Theodor Kramer Gesellschaft, 2009.
Welcome in Vienna, traduction du livre Wohin und zurück de Georg Stefan Troller (scénario de la trilogie Welcome in Vienna d’Axel Corti) par Alexandra Cade, parution janvier 2014
http://www.edition-lettmotif.com/produit/welcome-in-vienna/

HADERLAP Maja, L’Ange de l’oubli (Engel des Vergessens), Métaillé, 2015, 240 p.
(Sur les Slovènes de Carinthie, à partir de l’histoire d’une grand mère rescapée de Ravensbrück.
KAISER Konstantin, Das unsichtbare Kind, Wien : Sonderzahl, 2001, 201 p.
KAISER Konstantin, Ohnmacht und Empörung, Klagenfurt : Drava, 2008, 417 p.
MALACH Isaak, Isja, ein Kind des Krieges : Erinnerung, mit einem Nachw. von Veronika Seyr. Dt. Baearb. von Konstantin Kaiser in Zusammenarbeit mit dem Autor und Emilia Malach, Theodor-Kramer-Gesellschaft, 2007
LE RIDER Jacques, Les Juifs viennois à la Belle Époque, Éditions Albin Michel, 2013, 328 p.

http://www.le-pacte.com/france/news/detail/la-trilogie-welcome-in-vienna-actuellement-au-cinema/
Film sorti en DVD, Le Pacte, 2012

Antisémitisme et persécutions dans l’Allemagne nazie

- L’Autriche, la « première victime du national-socialisme » ? Le pavillon ouvert en 1978, dans le Block 17, est fermé depuis le 22 octobre 2013 et doit rouvrir en 2015.
Nationalfonds der Republik Österreich für Opfer des Nationalsozialismus :
http://www.de.nationalfonds.org/index.html

L’Histoire du national-socialisme
https://shoaportalvienna.wordpress.com/category/ss-sd/page/2/

La Résistance en Autriche : http://www.doew.at/
Des résistants :
http://www.doew.at/erinnern/biographien/erzaehlte-geschichte/widerstand-1938-1945?page=1

La France de Vichy :
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article129

Varian Fry, "l’homme des visas"
Histoire d’un Juste à Marseille, août 1940-septembre 1941 :
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article238
FRY Varian, "Livrer sur demande...". Quand les artistes, les dissidents et les Juifs fuyaient les nazis (Marseille, 1940-1941), nouvelle édition revue et augmentée de La Liste noire, Marseille, Éditions Agone, 2008, 356 p.
BENEDITE Daniel, La filière marseillaise, éd. Clancier-Guénaud, 1984, 351 p.
Un extrait du livre de Daniel Bénédite, sur « Le Centre américain de secours après le départ de Varian Fry », revue Agone, 38-39, 2008 :
http://revueagone.revues.org/225
FONTAINE André, Un camp de concentration à Aix-en-Provence ? Le camp d’étrangers des Milles, 1939-1943, Cahors, Edisud, 1989, 245 p.
GRANDJONC Jacques (direct.), GRUNDTNER Theresia, Zone d’ombres, 1933-1944. Exil et internement d’Allemands et d’Autrichiens dans le sud-est de la France, Aix-en-Provence, éd. Alinéa, 1990, 474 p.
HEYM Stefan, Les Croisés, Gallimard, 1950, traduit de l’anglais, The Crusaders, 1948
PESCHANSKI Denis, La France des camps 1938-1946, Éditions Gallimard, 2002
La France des camps, documentaire de Denis Peschanski réalisé par Jorge Amat, 85 min, 2009 d’après le livre de Denis Peschanski, op.cit.

NM, novembre 2012-août 2013-Janvier 2014

Le 5 octobre 2013 avait lieu au cinéma La Pagode, à 10h 30
1ère partie de la trilogie d’Axel Corti Dieu ne croit plus en nous
Débat en présence de l’auteur du scénario Georg Stefan Troller, dont c’est le récit autobiographique.

Georg Troller et Nicole Dorra

http://www.cinehistoire.fr/

Ciné-Histoire, 8 rue Dupleix, 75015 Paris. Tél. : 01.43.06.23.37.
E-mail : nicoledorra@gmail.com
Cinéma La PAGODE, salle classée Monument historique
57 bis, rue de Babylone 75007 Paris
Métro : St.François Xavier/Sèvres Babylone

- LETZTE ZUFLUCHT MEXIKO, Dernier refuge : le Mexique
Gilberto Bosques et l’exil des Allemands et des Autrichiens après 1939, L’action de sauvetage du diplomate mexicain Gilberto Bosques (1892-1995)
"En tant que Consul du Mexique à Marseille, Gilberto Bosques a procuré entre 1940 et 1942 des visas, des logements et des passages de bateau à de nombreux réfugiés qui, avec l’avance des troupes nazies, se trouvaient piégés dans le sud de la France. Parmi eux figuraient de nombreux écrivains, musiciens et artistes, entre autres Anna Seghers, Hanns Eisler, Bodo Uhse"
jeudi 3 octobre 2013, 19h30
SUR LES CHEMINS DE L’EXIL
Soirée de lecture
http://www.maison-heinrich-heine.fr/fr/exposition-gilberto-bosques/

Remonter en haut de la page.

[1Frederick Brainin, Das siebte Wien. Gedichte, mit einem Nachwort von Jörg Thunecke, Wien, Verlag für Gesellschaftskritik 1990. 149 p.

[2secrétaire général des Nations unies, puis président fédéral de la République d’Autriche, malgré son passé nazi.

[31992 : fin du mandat de Waldheim


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1658 / 912028

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Informations diverses  Suivre la vie du site Annonces, films-débats, films à voir  Suivre la vie du site Films Ciné-histoire   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License