Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/cercleshoah/www/config/ecran_securite.php on line 358
La Rose Blanche, la résistance des étudiants allemands - [Cercle d'étude de la Déportation et de la Shoah - Amicale d'Auschwitz]
Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah - Amicale d’Auschwitz

La Rose Blanche, la résistance des étudiants allemands

exposition dans l’Université Ludwig-Maximilian à Munich
dimanche 18 décembre 2011

... "la honte pèsera pour toujours sur l’Allemagne, si la jeunesse ne s’insurge pas enfin pour écraser ses bourreaux"...
La Rose Blanche : La résistance des étudiants contre Hitler, Munich 1942-43.
Exposition permanente au Lichthof de l’Université Ludwig-Maximilian à Munich
Exposition itinérante du 27 mars au 10 mai 2013, à Paris, Maison Heinrich Heine
Projection du film Sophie Scholl à l’Arlequin, le 27 février 2013
Il y a 70 ans, Hans et Sophie Scholl, et Christoph Probst étaient guillotinés le 22 février 1943

Nieder mit Hitler, Freiheit (A bas Hitler, Liberté)

Hans Scholl, né en 1918
Alexander Schmorell, né en 1917
Christoph Probst, né en 1919
Willi Graf, né en 1918
Sophie Scholl, née en 1921
Professeur Kurt Huber, né en 1893

Hans Scholl, Sophie Scholl, Christoph Probst

http://www.weisse-rose-stiftung.de/
"Die Weiße Rose. Der Widerstand von Studenten gegen Hitler. München 1942/43"
Cette exposition à l’Université reçoit de nombreux jeunes, et elle peut être louée, en français :
info@weisse-rose-stiftung.de

Maison Heinrich Heine, Paris : Die weiße Rose - La Rose blanche ; exposition du 27 mars au 10 mai 2013, de 10h à 20h
Cité Internationale Universitaire de Paris, 27 C, Boulevard Jourdan
75014 Paris, Téléphone : 01 44 16 13 00

Les mouvements de jeunesse sont tolérés un temps à cause du Concordat, mais ils sont harcelés par les nazis
La jeunesse ouvrière socialiste est dans l’opposition, la jeunesse évangélique obligée de fusionner avec la NS-Staatsjugend, est contre le rapprochement avec les partis nazis. La croix gammée ne peut remplacer la croix chrétienne.
Les associations juives préparent l’émigration vers la Palestine.
Les groupes de jeunes qui refusent la Jeunesse hitlérienne comme les Edelweisspiraten, les "Cliques", les "Eckensteller"(Ceux qui stationnent au coin des rues) [1], sont poursuivis par la Gestapo et traités comme des criminels, les Nicht angepasste Jugendliche(les inadaptés), et envoyés en camps de concentration comme Mohringen ou Uckermark pour les filles.
Les Swing-Jugend, les jeunes qui préfèrent écouter du swing :
http://www.welt.de/regionales/hamburg/article106609250/Swing-Jugend-Sie-wollten-doch-nur-tanzen.html
Dans un premier temps, Hans et Sophie Scholl adhèrent à certains idéaux nazis. En 1938, Hans et Willi, sont arrêtés un temps par la Gestapo pour appartenance à des groupes de jeunesse interdits. Chrétiens, ils sont non conformistes alors que l’Allemagne est uniformisée par les nazis.
Puis, ils sont influencés par leurs lectures. Hans qui a fait la campagne de France s’est procuré des livres : Bernanos, Claudel, Gide ou Jacques Maritain. Ils se retrouvent à l’atelier Eickemeyer pour discuter.
Ils font partie des étudiants autorisés à poursuivre leurs études. Quand ils sont en vacances, ils sont soldats.
Le groupe d’amis suit les cours du professeur Huber à l’université de Munich.
Alexander Schmorell, né en Russie, élevé par une gouvernante russe, parle sur le front russe avec des paysans. C’est lui qui révèle le génocide juif. Alexander et Hans en juin 1942, rédigent des tracts. En juillet ils retournent sur le front de l’est.
Dès le deuxième tract de juin 1942, ils parlent du sort des Juifs en Pologne :
..."dreihunderttausend Juden in diesem Land auf bestialischste Art ermordet worden sind"...
..."depuis la mainmise sur la Pologne, 300 000 Juifs de ce pays ont été abattus comme des bêtes. C’est là le crime le plus abominable perpétré contre la dignité humaine, et aucun autre dans l’histoire ne saurait lui être comparé. Qu’on ait sur la question juive l’opinion que l’on veut : les Juifs sont des hommes et ce crime fut commis contre des hommes."

Appel à tous les Allemands (Les tracts en céramique sont insérés dans le sol devant l’entrée de l’université.) Photo UH

Les tracts étaient mis dans les boites aux lettres ou envoyés à des destinataires chargés de les recopier. Ils ont rédigé 6 tracts appelant à la résistance contre le régime.
Ils les envoient à Hambourg, Sarrebrück, Ulm, Fribourg, Stuttgart, Berlin.
A Berlin, Ruth Andreas-Friedrich et son groupe de résistance Onkel Emil, recopient le 6 ème tract et le diffusent.

En janvier 1943, le Gauleiter Giesler dit aux étudiantes qu’elles feraient mieux d’offrir un enfant au Führer plutôt que d’étudier, ce qui déclenche des protestations de la part des étudiants.
Le groupe peint des slogans au goudron sur les murs de l’université à Munich : Freiheit, Liberté, Nieder mit Hitler, A bas Hitler

La défaite de Stalingrad inspire le sixième et dernier tract, écrit par le professeur Huber, diffusé à 3000 exemplaires.

Etudiants ! Etudiantes !
Le peuple allemand a les yeux fixés sur nous ! Il attend de nous, comme en 1813 le renversement de Napoléon, en 1943, celui de la terreur nazie, par la puissance de l’Esprit. »

Les tracts de la Rose Blanche :
http://www.dhm.de/lemo/html/nazi/widerstand/weisserose/index.html

Le 18 février 1943, Hans et Sophie Scholl, dans le hall (Lichthof) de Université Ludwig Maximilian de Munich, lancent du deuxième étage leur 6ème tract où ils appellent les étudiants à se soulever contre la dictature pour « la liberté et l’honneur ». Ils sont dénoncés par le serrurier de la faculté, arrêtés et remis à la Gestapo.

"Lichthof" de l’université Ludwig-Maximilian

Un « Tribunal du peuple » est immédiatement convoqué (22 février). Roland Freisler, le président, vient spécialement de Berlin pour juger les accusés.
Après une dernière entrevue avec ses parents, des chrétiens libéraux, Sophie va vers la mort sans sourciller. Condamnés à mort pour haute trahison, Hans et Sophie Scholl, ainsi que Christoph Probst, sont guillotinés [2] quelques heures seulement après le jugement, dans la prison de München-Stadelheim.

Après un deuxième procès, le 19 avril 1943, Kurt Huber, Alexander Schmorell et Willi Graf sont également guillotinés. Puis c’est au tour des résistants de Hambourg d’être arrêtés par la Gestapo et d’être condamnés à des peines de détention.

James Graf von Moltke fait parvenir le 6 ème tract en Angleterre. À l’été 1943, des milliers de copies sont lancées au dessus de l’Allemagne par les bombardiers anglais.

Les 6 tracts dont le 6ème intitulé "Un tract allemand"
Buste de Sophie Scholl dans le "Lichthof"
Photo UH

Le 2 août 1935, Hitler proclame Munich, "capitale du mouvement nazi".
Des Allemands pour ne pas avoir à faire le salut nazi en passant devant les deux gardes SS, qui étaient jour et nuit, devant la Feldherrnhalle, monument aux "martyrs" du putsch du 9 novembre 1923, se défilaient en faisant le tour par la Viscardistrasse.

pavés de bronze
Les pavés indiquent le contournement de la Feldherrnhalle (Mémorial nazi du putsch de 1923) pour ne pas faire le salut nazi.

 Mediagraphie

- Bibliographie
ANDREAS-FRIEDRICH Ruth, Der Schattenmann. Tagebuchaufzeichnungen 1938 - 1945, Suhrkamp, Berlin 1947. L’homme de l’ombre ; journal. (Onkel Emil)
BEUYS Barbara, Sophie Scholl, Biographie, Carl Hanser Verlag, München 2010, 494 p.
JENS Inge, Hans et Sophie Scholl, Lettres et Carnets, Paris, Tallandier, 2008 (Hans Scholl und Sophie Scholl : Briefe und Aufzeichnungen, S. Fischer Verlag 1984)
FALIGOT Roger, La rose et l’edelweiss. Ces ados qui combattaient le nazisme, 1933-1945, Éditions La Découverte, 2009
GRAF Willi, Briefe und Aufzeichnungen, S. Fischer Verlag, 1984, nouvelle éd. , préface de Walter JENS, éditrices, Annelise KNOOP-GRAF et Inge JENS, S. Fischer, 2004, 345 p.
KERSHAW Ian, La Fin. Allemagne, 1944-1945, Seuil, 2012, 665 p.

LUSTIGER Arno, Rettungswiderstand : Judenretter in Europa während der NS-Zeit, Wallstein, 2011, 462 p.
SCHOLL Inge, La Rose Blanche. Six Allemands contre le nazisme, Les Editions de Minuit, 1953
SCHOLL Sophie /HARTNAGEl Fritz : Damit wir uns nicht verlierenBriefwechsel 1937–1943, hrsg. von Thomas Hartnagel, S. Fischer Verlag, Frankfurt a. M., 2005, 496 p.
WEISENBORN Günther, Der lautlose Aufstand, [la Révolte silencieuse], 1953 ; Une Allemagne contre Hitler, préface d’Alfred Grosser, Le Félin 2004, p 111-119
LEVISSE-TOUZÉ, Christine (Sous la direction de) Des Allemands contre le nazisme, oppositions et résistances, 1933-1945, colloque, Albin Michel, 1997, 382 p.

- Filmographie :
Michael Verhoeven, La Rose blanche (Weisse Rose), 1982
Percy Adlon, Les cinq derniers jours (Fünf letzte Tage), 1982
Marc Rothemund, Sophie Scholl - Les derniers jours, 2005
Sophie Scholl - Les derniers jours (Die letzten Tage), le film de Marc Rothemund a été diffusé en France en 2006. Il retrace la lutte, l’arrestation, la condamnation et l’exécution d’un groupe d’étudiants engagés dans le combat contre le nazisme.
http://www.sophiescholl-derfilm.de
Un dossier d’exploitation du film très complet pour les enseignants et les élèves (allemands), des documents :
http://www.bpb.de/files/3B4VQJ.pdf
Marieke Schroeder, Ulrich Chaussy, Allen Gewalten zum Trotz, (Malgré toutes les puissances) 60 min.
Anneliese Knoop-Graf, Der Widerständige - Willi Graf, 30 min, Zivilcourage und Widerstand (courage civil et résistance), Willi Graf, guillotiné le 12 octobre 1943 à Munich

Article de VOLKER Ullrich, sur la correspondance entre Sophie Scholl et Fritz Hartnagel, Denke an mich in Deinem Gebet  :
http://www.zeit.de/2005/50/P-Hartnagel/komplettansicht

Les détenus de Dachau ont entendu parler de la Rose Blanche, "les voix de la liberté".
Dachau :
http://www.kz-gedenkstaette-dachau.de/gedenkstaette/index.html

 Sur la résistance allemande

Sur l’Allemagne nazie et la résistance :
http://clioweb.free.fr/camps/allnazie.htm
Otto et Elise Hampel distribuent des cartes et des tracts dans Berlin pour résister à Hitler. Pris dans le filet des services de sécurité après une longue traque, ils sont condamnés à mort et pendus dans la prison de Plötzensee à Berlin.
Rudolf Ditzen sous le pseudo de Hans Fallada, s’est inspiré de cette histoire pour écrire " Jeder stirbt für sich allein"(chacun meurt seul), Aufbau, 1947, réédition 2011, traduit en français par "Seul dans Berlin"
http://www.zeit.de/kultur/literatur/2011-04/hans-fallada-widerstand
Jeder stirbt für sich allein , 1970, DEFA, film de Hans-Joachim Kasprzik avec Elsa Grube-Deister et Erwin Geschonneck, Wolfgang Kieling, Dieter Franke, Barbara Adolph, Wolfgang Greese, Fred Delmare, Christine Schorn, Fred Düren, Günther Simon et Rolf Hoppe.
Une édition complète vient de paraître en français :
FALLADA Hans, Seul dans Berlin, Denoël, 2014, 734 p.
Pour en savoir plus :
http://clioweb.canalblog.com/archives/2013/02/07/26353627.html

La haine et la honte. Journal d’un aristocrate allemand, 1936-1944 (Tagebuch eines Verzweifelten),
de Friedrich Reck-Malleczewen, Vuibert, 286 p.

Divers mouvements de résistance allemande au nazisme :

  • 1 Résistance contre le système
  • 2 Résistance contre le national-socialisme
  • 3 Résistance contre la prise du pouvoir en 1933 (Machtübernahme)
  • 4 Contre la mise au pas ( die Gleichschaltung) des syndicats
  • 5 Combat en exil, ex les Mann
  • 6 La lutte pour un monde libre
  • 7 Chrétiens pour la liberté de croyance, l’église confessante, die Bekennende Kirche
    1937 : internement de Martin Niemöller qui proteste contre l’exclusion des juifs : "Arierparagraphen"
    evangelischen Theologen Dietrich Bonhoeffer
    Bischof von Münster, Clemens August Graf von Galen contre l’euthanasie
    Kurt Gerstein de l’église confessante, prévint le diplomate suédois Göran von Otter à Berlin, et tenta de prévenir le nonce du pape à Berlin sur l’usage des gaz d’échappement et du Zyklon B, à Belzec et à Treblinka pour exterminer les juifs. Arrêté en zone française, et ne supportant pas d’être accusé, il se suicida à la prison du Cherche Midi en 1945. Il fut réhabilité en 1965.
    cf. Le Vicaire de Hochhuth en 1963, le film Amen de Costa-Gravas.
  • 8 Georg Elser et l’attentat du 8 novembre 1939
    http://www.dhm.de/lemo/html/biografien/ElserJohannGeorg/index.html
  • 9 Die Rote Kapelle : Arvid Harnack, Harro Schulze-Boysen
    http://www.dhm.de/lemo/forum/kollektives_gedaechtnis/043/index.html
  • 10 La Rose Blanche (Die Weiße Rose) fut fondée au printemps 1942 par Hans Scholl et Alexander Schmorell.
  • 11 Le cercle Kreisauer Kreis : Helmuth James Graf von Moltke, Adam von Trott zu Solz
  • 12 Solidarité avec les travailleurs forcés et les prisonniers
  • 13 Aide aux persécutés, aide aux juifs
  • 14 Opposition des jeunes : Les jeunes aussi ne sont pas tous rentrés dans le moule nazi : ex, les Edelweisspiraten de la Ruhr, ou de Cologne, les Swingjugend de Hambourg, et de jeunes ouvriers, qui préféraient la liberté.
    http://einestages.spiegel.de/static/topicalbumbackground/5105/_wenn_die_hitlerjungen_flitzen.html
    "So braun wie Scheiße, so braun ist Köln. Wacht endlich auf !" écrivent-ils dans un tract : autant la m...est brune, autant brune est Cologne, réveille-toi enfin.
    http://www.cercleshoah.org/spip.php?article486
    Camps pour jeunes :
    http://www.gedenkstaette-moringen.de
    Les pirates de l’Edelweiss
  • 15 La résistance dans la Wehrmacht
    Bibliographie à propos de la Wehrmacht "propre"
    Admiral Wilhelm Canaris et Hans Oster, Hans von Dohnanyi, General Ludwig Beck, Claus Schenk Graf von Stauffenberg, Goerdeler,
    Friedrich Olbricht et Henning von Tresckow
  • 16 Der Umsturzversuch vom 20. Juli 1944 : l’attentat du 20 juillet 1944
    Claus Schenk Graf von Stauffenberg, Adjutant Werner von Haeften, Mertz von Quirnheim und Olbricht, Erwin von Witzleben, Oberleutnant Peter Graf Yorck von Wartenburg, Generaloberst Erich Hoepner, Generalleutnant Paul von Hase,Generalmajor Hellmuth Stieff, Hauptmann Karl Friedrich Klausing, Oberstleutnant Robert Bernardis und Oberleutnant Albrecht von Hagen Erich Fellgiebel, Fritz-Dietlof Graf von der Schulenburg, Berthold Schenk Graf von Stauffenberg, Alfred Kranzfelder und Georg Hansen Johannes Georg Klamroth, Egbert Hayessen, Wolf Heinrich Graf von Helldorf, Adam von Trott zu Solz und Hans-Bernd.
    Beaucoup sont exécutés à Plötzensee.
    http://www.gedenkstaette-ploetzensee.de/12_dt.html
    Carl Friedrich Goerdeler, maire de Leipzig, Goerdeler-Kreis devait être chancelier
  • 17 Les femmes de la Rosenstrasse
    Le 27 février 1943, Goebbels veut vider l’Allemagne de ses 51 000 juifs qui
    jusque- là étaient protégés par leur travail d’esclaves. C’est la Fabrik-Aktion. Parmi les 15 000 juifs berlinois, des privilégiés issus de mariages mixtes, (privilegierten Mischehe), 2000 d’entre eux sont internés Rosenstrassedans un bâtiment des centres sociaux juifs. Leurs femmes, qui ont refusé de divorcer, malgré les lois de Nuremberg, vont aller chaque jour pendant une semaine Rosenstrasse pour protester contre l’arrestation de leurs maris, aux cris de : " Rendez-nous nos maris". Malgré les policiers et les SS, chaque jour plus nerveux, qui les dispersent ou les menacent, ces femmes de plus en plus nombreuses, les font reculer sous les cris d’ Assassins".
    Goebbels s’emporte dans son journal : "Malheureusement quelques scènes déplaisantes se sont produites devant une vieille maison du peuple juif... Il est préférable d’attendre quelques semaines jusqu’au moment où il nous sera possible d’achever cette opération".
    Le 5 mars, les prisonniers juifs sont libérés sur ordre de Goebbels.

Rosenstrasse, film de Margarethe von Trotta qui s’est inspirée de personnages réels, comme la comtesse von Malzahn, les femmes de la Rosenstrasse qui manifestent pour sauver leurs maris juifs :
http://www.rosenstrasse-protest.de/
Gernot Jochheim, Frauenprotest in der Rosenstrasse : Gebt unsunsere Männer wieder, Berlin, Edition Hentrich, 1993

  • 18 le SPD, le KPD ...

Des Allemands contre le nazisme :
http://www.gdw-berlin.de/
Le site (en allemand) du musée historique de Berlin, reprend tous les mouvements de résistance.
http://www.dhm.de/lemo/html/wk2/widerstand/index.html

une résistance trop dispersée et opposée.

  • La Résistance allemande en France, réalisé par Jean-Pierre Vedel, 2006.
    Kurt Hälker a fait la connaissance de soldats allemands qui étaient en contact avec les TA (Travailleurs allemands), avec des antifascistes allemands et avec des membres de la Résistance.) Kurt Hälker, Arthur Eberhard, Hans Heise ont fondé un comité Freies Deutschland für den Westen (L’Allemagne libre pour l’Ouest).

Au mois d’août 1944, Peter Gingold dans le cadre du TA, arpente les rues de Paris, brandissant un drapeau blanc, puis du côté de Metz, Thionville, au Luxembourg, puis en Allemagne, afin d’inciter les troupes allemandes à se rendre.

Photos actuelles : NM , UH
N.M. février 2012, janvier-février 2013

[1Himmler, discours du 25 octobre 1944, contre les jeunes qui ne respectent pas la conception du monde nationale socialiste (Weltanschauung) et préfèrent le jazz, le swing, qui trainent la patte (Schlurf)

[2contrairement à une idée reçue, la guillotine Fallbeil a été utilisée par les nazis. La mort par décapitation à la hache est utilisée à côté de la guillotine jusqu’en 1938, mais en raison du nombre de condamnations élévé (plus de 10 000 guillotinés), la hache disparait.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 14388 / 826908

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Ressources pédagogiques  Suivre la vie du site Rubriques et articles  Suivre la vie du site Résistance au nazisme   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.4 + AHUNTSIC

Creative Commons License