Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/cercleshoah/www/config/ecran_securite.php on line 358
Le génocide arménien - [Cercle d'étude de la Déportation et de la Shoah - Amicale d'Auschwitz]
Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah - Amicale d’Auschwitz

Le génocide arménien

mardi 22 avril 2014

Des massacres contre les Arméniens ont lieu au XIXe dans l’Empire ottoman, en particulier sous le règne du sultan Abdülhamid II, connu en Europe sous le nom du « Sultan rouge » ou encore du « Grand Saigneur ». La "question arménienne" conduit en 1915 à un génocide.
Exposition : 100 portraits de l’exil, la quête d’identité des réfugiés arméniens (Musée d’Histoire de Marseille) Du 20 mars au 27 septembre 2015.

 Chronologie

De la "question arménienne" à la non-reconnaissance du génocide par la Turquie
1877-1878 : guerre russo-turque (Cf. infra Le fou de Raffi)
1895-1896 : massacres d’Arméniens sous le Sultan Abdul Hamid II
Révolution de juillet 1908 : les Jeunes Turcs nationalistes, rêvent d’assurer l’homogénéité ethnique de leur pays.
1909 :13 avril, massacres en Cilésie, à Adana, révolte contre la monarchie constitutionnelle de 1908
1912-1913 : guerres des Balkans, guerres de nettoyage ethnique. Des musulmans sont expulsés des anciens territoires européens de l’Empire ottoman.
Site avec de nombreuses cartes :
http://www.jprissoan-histoirepolitique.com/le-coin-du-bachotage/les-relations-internationales/k-centenaire-de-la-guerre-1914-1918/lesguerresbalkaniques1912-1913
Dans cet empire multiethnique, la guerre de 1914-1918 offre une occasion de régler la question des Arméniens [1].
1915 : Écrasée par les troupes russes à la bataille de Sarıkamış dans le Caucase, l’armée se venge contre les Arméniens chrétiens, l’ennemi intérieur, par massacres, pillages, expulsions.
La grande rafle d’Istanbul du 24 avril 1915 contre les intellectuels, des notables, des éditeurs, des députés, des avocats, des médecins, des ecclésiastiques, donne le coup d’envoi des tueries.
http://www.armenews.com/article.php3?id_article=99448
"Le droit des Arméniens de vivre et travailler sur le territoire de la Turquie est aboli." Talât Pacha.
Le 25 avril 1915, les Alliés ont débarqué à Gallipoli.

 Carte du génocide arménien

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/27/Armenian_Genocide_Map-fr.svg?uselang=fr

Les hommes sont presque tous exécutés, les femmes, les enfants, les vieillards sont déportés par le CUP, Comité Union et Progrès pour "déplacer en temps de guerre, des Arméniens qui voulaient frapper l’armée à revers dans les régions éloignées du front." Les Arméniens sont poussés vers Deir-El-Zor, en Syrie, aux limites de l’Irak.
Les Arméniens travaillant dans des usines de guerre ne sont pas déportés.

Carte des massacres, Robert H. Hewsen, Armenia, A Historical Atlas :
http://www.press.uchicago.edu/Images/Chicago/hewsen224.gif

L’Histoire, carte :
http://www.lhistoire.fr/portfolio/carte-le-g%C3%A9nocide-des-arm%C3%A9niens

Le cahier de Talât Pacha, ministre de l’intérieur, responsable du génocide, sert de base au règlement du "problème arménien" : 1,5 millions d’Arméniens demeurant surtout à Van, Bitlis, Erzurum, Sivas et Istanbul sont recensés. Des pourcentages d’Arméniens sont établis selon les régions. Les autres doivent être déportés ainsi que des Kurdes, des Albanais, des Bosniaques, des Circassiens.

En deux ans, plus de la moitié de la population arménienne de l’Empire ottoman, soit environ un million de personnes, meurt suite aux agressions, aux assassinats, meurt d’épuisement sur les routes de la déportation, de faim et d’épidémies dans les camps de réfugiés.
De nombreux récits, de carnets, d’enquêtes, de photos témoignent de cette violence.

Images sur le massacre des Arméniens :
http://www.aga-online.org/genocide/armenians.php?locale=de
Documents allemands :
https://www.bundesarchiv.de/oeffentlichkeitsarbeit/bilder_dokumente/04604/index-5.html.de

Des cours martiales ottomanes jugent des criminels à Istanbul, Ankara. Les principaux responsables du génocide sont condamnés à mort par contumace. En 1922 les procès sont interrompus avec la victoire du mouvement nationaliste.
http://www.imprescriptible.fr/turquie-memoire/proces.html

"La Turquie doit affronter cet acte honteux" dit Mustapha Kemal.

1921 : procès à Berlin de l’Arménien Soghomon Tehlirian, meurtrier en 1921 à Berlin du ministre de l’Intérieur turc Talât Pacha, principal organisateur du génocide arménien.

1922 : Le traité de Lausanne accorde une amnistie générale pour tous les crimes politiques et militaires perpétrés entre le 1er aout 1914 et le 20 novembre 1922. Les puissances de l’Entente ont abandonné l’Arménie.

Le bilan de ce génocide est difficile à établir. Selon les sources, les historiens et les associations, de 650 000 à 1 500 000.

L’exil

1922-1924 : Des Arméniens débarquent à Marseille
http://www.armenews.com/IMG/pdf/les_armeniens_a_Marseille_-_Des_annees_vingt_a_aujourd_hui_par_emile_Temime.pdf
La communauté arménienne de Marseille avec iconographie :
Environ 58 000 réfugiés arméniens débarquent dans le port de Marseille entre 1922 et 1924 ; beaucoup vont s’établir dans des camps de fortune : Camp Oddo, Camp Victor Hugo, Camp Mirabeau et Sainte-Anne, camp de Saint-Jérôme, camp de Saint-Loup, camp de Sainte-Marguerite…
http://webaram.com/les-armeniens-du-sud-de-la-france

Reconnaissance du génocide
"Par génocide, nous entendons la destruction d’une nation ou d’un groupe ethnique." Raphael Lemkin
génocide : néologisme formé en 1944 par Raphael Lemkin, un juriste d’origine polonaise, à partir des mots grec Genos, peuple et latin cado, tuer, à propos des massacres de Juifs, de Slaves et de Tsiganes.
11 décembre 1946 : définition de l’ONU : le génocide est un crime du droit des gens.
génocide, volonté de détruire un peuple
http://www.ushmm.org/genocide/take_action/genocide
9 décembre 1948 : convention pour la prévention et la répression du crime de génocide adoptée par l’assemblée générale des Nations unies.
1985 : reconnaissance par l’ONU du génocide des Arméniens
1991 : Indépendance de l’Arménie avec Erevan comme capitale
29 janvier 2001 : loi sur la "reconnaissance du génocide arménien de 1915"
par la France.
19 janvier 2007 : assassinat de Hrant Dink à Istanbul
2011 : destruction de la statue de Mehmet Aksoy, "l’humanité" sur l’amitié turco-arménienne
http://www.sculptsite.com/sculpture-headlines-Mehmet-Aksoy-05-01-11.html
24 avril 2013 : commémoration par la société civile turque du génocide des Arméniens à Taksim, avec DurDe, AGBU Europe, EGAM.

Photos du 24 avril 2013
https://www.facebook.com/media/set/?set=a.577347432298718.1073741825.194483407251791&type=3
Arméniens et Turcs :
http://www.turquieeuropeenne.eu/+-armenien-+.html

23 avril 2014 : Le premier ministre turc, Recep Tayyp Erdogan, a présenté les condoléances de la Turquie. « Nous souhaitons que les Arméniens qui ont perdu la vie dans les circonstances du début du XXe siècle reposent en paix et nous exprimons nos condoléances à leurs petits-enfants. »
http://birgun.net/haber/erdoganin-mesajini-dunya-basini-nasil-gordu-13387.html
« Nous souhaitons que les Arméniens qui ont perdu la vie dans les circonstances du début du XXe siècle reposent en paix et nous exprimons nos condoléances à leurs petits-enfants. »

En 1928 la réforme de l’alphabet turc rend l’accès aux documents difficile, les fondateurs de l’État turc sont des criminels, le génocide est condamné à l’oubli.
Près d’un siècle après les événements, l’Etat turc s’entête, reconnaissant un massacre ( le génocide arménien : (Ermeni Kırımı = massacre en turc) dû aux conditions générales de la guerre et refuse qu’on les qualifie de “génocide”. Le seul fait de nommer le génocide arménien est un délit (art 301) dans le code pénal de la Turquie.

Le Bundestag a reconnu le 2 juin 2016 presque à l’unanimité le génocide arménien et a regretté la complicité du Reich allemand.
http://www.zeit.de/politik/deutschland/2016-06/bundestag-verabschiedet-voelkermord-resolution-zu-armeniern
VAN, Vigilance Arménienne contre le Négationnisme :
http://www.collectifvan.org/

 Médiagraphie

Bibliographie
AKÇAM Taner, The Young Turk’s Crime Against Humanity. The Armenian Genocide and Ethnic Cleansing in the Ottoman Empire (Le crime des Jeunes-Turcs contre l’humanité. Le génocide arménien et l’épuration ethnique dans l’Empire ottoman), Presses de l’université de Princeton, 2012, 528 p.
http://press.princeton.edu/titles/9678.html
AKÇAM Taner, Un acte honteux. Le génocide arménien et la question de la responsabilité turque, Paris, Denoël, 2008, 491 p., Réd. Gallimard, Folio, 2012, 680 p.
ANTONIAN Aram, Constantinople, 24 avril 1915 : l’arrestation et la déportation des intellectuels arméniens , Le Cercle d’écrits caucasiens, 2013
BOZARSLAN Hamit, DUCLERT Vincent et H. KÉVORKIAN Raymond, Comprendre le génocide des Arméniens. 1915 à nos jours, Tallandier, 2015, 494 p.
CARZOU Jean Marie, Arménie 1915. Un génocide exemplaire, Calman-Levy, 2006, 290 p.
http://www.imprescriptible.fr/carzou/
ÇETIN Fethiye, Le Livre de ma grand-mère,éEditions de l’Aube, 2006
CHALIAND Gérard, TERNON Yves, 1915-1917, Le génocide des Arméniens, Éditions Complexe, 1980, 192 p.
CHALIAND Gérard, Mémoire de ma mémoire, Julliard, 2003
DADRIAN Vahakn, Autopsie du génocide arménien, Bruxelles, Éditions Complexe, 1995, 266 p., livre traduit par Jenosid, en turc, par l’ éditeur Ragıp Zarakolu, emprisonné en Turquie :
http://istanbul.blog.lemonde.fr/tag/ragip-zarakolu/
DINK Hrant, Être Arménien en Turquie, Reims, Fradet,‎ 2007
DINK Hrant, Deux peuples proches, deux voisins lointains Arménie-Turquie, Actes sud,‎ 2009
DÜNDAR Fuat, Crime of Numbers : The Role of Statistics in the Armenian Question (1878-1918), New Brunswick, London, Transaction Publishers, 2010, 238 p.
FARHI Moris, Jeunes Turcs, Buchet-Chastel, 2006, 408 p. (Young Turk, Saqi 2004)
FARHI Moris, Les Enfants du Romanestan, Éditions Bleu autour, 2016, (Children of the Rainbow, Londres, Saqi Books, 2001), traduit par Martine Chard-Hutchinson et Agnès Chevallier, 2016, 448 p.
Les Enfants du Romanestan par Moris Farhi (Bleu autour)
GÜL ALTINAY Ayse et CETIN Fethiye, Les Petits-Enfants, Actes Sud
HILSENRATH Edgar, Le conte de la pensée dernière, trad. de l’allemand (Das Märchen vom letzten Gedanken, 1989), par Bernard Kreiss, Albin Michel, 1992, 478 p., réd. Livre de poche, 2007
http://www.bibliotheque-eglise-armenienne.fr/catalogues/fr_auteur.php?cle=hilsenrath-edgar
KIRKYAŞARYAN Manuel, M.K. Récit d’un déporté arménien, texte établi par Baskin Oran, éditions Turquoise, 2008
INSEL Ahmet, MARIAN Michel, Dialogue sur le tabou arménien, Liana Levi, 2009,168 p.
http://repairfuture.net/index.php/fr/
LEMKIN Rafaël  : Axis Rule in Occupied Europe, : Laws of Occupation, Analysis of Government, Proposals for Redress, Washington, Carnegie Endowment for International Peace, 1944
LEMKIN Rafaël : Qu’est qu’un Génocide ?, Éditions du Rocher, 2008.
LEPSIUS Johannes, Archives du génocide des Arméniens , recueil des documents diplomatiques allemands, Fayard, 2001, 306 p. (Cf. Der Todesgang des armenischen Volkes Potsdam : Missionshandlung und Verlag, 1930.)
LEWY Guenter The Armenian Massacres in Ottoman Turkey : A Disputed Genocide, Salt Lake City, University of Utah Press, 2005
MARCHAND Laure, PERRIER Guillaume, La Turquie et le fantôme arménien. Sur les traces du génocide, préface de Taner Akçam, Actes sud, 2013
MOURADIAN Claire, KUNTH Anouche, Les Arméniens en France : du chaos à la reconnaissance, éditions de l’attribut, 2010, 168 p.
OVADYA İzrail Nesim, 24 April 1915 İstanbul, Çankırı, Ayaş, Ankara , Iletisim Yayincilik, 2013, 584 p.
http://www.todayszaman.com/news-345579-forgotten-ottoman-legacy-armenian-intellectuals.html (en anglais)
PINGUET Catherine, Chiens d’Istanbul, éditions Bleu autour, 2008, 212 p.
Les Jeunes-Turcs voient dans l’attachement aux 30 000 chiens des rues
d’Istanbul un signe d’obscurantisme :
http://www.scienceshumaines.com/les-chiens-des-rues-d-istanbul_fr_14550.html
PSCHICHHOLZ Christin :
http://www.welt.de/politik/deutschland/article139981810/Warum-die-Tuerkei-den-Genozid-nicht-anerkennt.html
RAFFI Hakob (Mélik Hakobian), Le Fou, massacres perpétrés par les Turcs et les Kurdes pendant la guerre 1877-78, écrit en 1880, Bleu autour, réd. 2009
SELEK Pinar, Parce qu’ils sont arméniens, Liana Levi, 2015
SÉMELIN Jacques : Purifier et détruire. Usages politiques des massacres et génocides, Seuil, Paris, 2005.
SHAFAK Elif, La Bâtarde d’Istanbul , éditions Phébus, 2007, 319 p.
TEMIME Emile, L’Histoire de Marseille De la Révolution à nos jours, Perrin, 1999,
TER MINASSIAN Anahide, La République d’Arménie : 1918-1920, Complexe, 2006, 320 p.
TER MINASSIAN Anahide, VARJABÉDIAN Houri, Nos terres d’enfance - L’Arménie des souvenirs, Parentheses Eds, 2010, 352 p.
TERNON Yves, Les Arméniens, Histoire d’un génocide, Seuil, 1977, réd. 1996
TERNON Yves, Du négationnisme. Mémoire et tabou, Desclée de Brouwer, 1998
TOYNBEE Arnold J., Les Massacres des Arméniens : le meurtre d’une nation (1915-1916), Paris, Payot, 2004
WERFEL Franz, Les 40 jours du Musa Dagh, Albin Michel, réédition 2015, 958 p.

- Filmographie
Mayrig, film réalisé par Henri Verneuil, 1991, 157 min. évoque l’assassinat de Talât Pacha et le procès de Soghomon Tehlirian
Le génocide arménien de Laurence Jourdan, – France – 102 minutes – 2005
Chienne d’histoire de Serge Avedikian palme d’or au festival de Cannes, documentaire, film animation- 2010, 14min
Les incendiaires de la mémoire. Négationnisme, la face cachée du génocide, documentaire de Chantal Picault, 2013, 52 min
La blessure de Fatih Akin, All, 2014, 138 min
http://www.goethe.de/ins/fr/par/ver/fr13751402v.htm
Avant-première. En présence du réalisateur. Cinéma Mardi 6 janvier 2015, 20h30. Cinéma le Balzac 1 rue Balzac 75008 Paris

HERATCHIAN Claude-Hraïr, 80 ans de cinéma arménien à travers les oeuvres de quatorze réalisateurs, Editeur, Association Chêne, 2004
http://www.bibliotheque-eglise-armenienne.fr/catalogues/fr_auteur.php?cle=heratchian-claudehrair

 Expositions

99 Photos of Survivors of the Genocide of Armenians à Diyarbakir (Amed en kurde et Tigranakert en arménien) :
http://repairfuture.net/index.php/en/genocide-standpoint-of-armenian-diaspora/a-historical-24th-april-in-diyarbakir-armenian

Partager les mémoires, Arménie, Turquie. Une exposition a eu lieu à Paris à la Péniche Anako, Bassin de la Villette face au 61, quai de la Seine 75019 Paris, 15.11.2012 – 29.11.2012 Mo
http://www.speakingtooneanother.org

Mon cher frère Siréli Yeghpayres. Il y a cent ans, les Arméniens en Turquie de Osman KÖKER. Une exposition à travers les cartes postales de la collection Orlando Carlo Calumenoa eu lieu à Paris à la Péniche Anako en 2010.

" L’exposition, montrée au public pour la première fois en 2005 à Istanbul, met en évidence une partie de cette société ottomane qui était, il y a cent ans, à la fois multi-confessionnelle et multiculturelle." Des photos :
http://peniche.anako.com/Agenda_5.html

KEVORKIAN Raymond, NORDIGUIAN Lévon et TACHJIAN Vahé, Catalogue de l’exposition : Les Arméniens (1917-1939). La quête d’un refuge au Proche-Orient exposition coproduite par l’Université Saint-Joseph de Beyrouth (département d’histoire et bibliothèque orientale) et la bibliothèque Nubar de l’Union générale arménienne de bienfaisance (Paris), RMN, 2006, 350 p.
http://www.histoire-immigration.fr/2010/7/reconstruire-la-nation-les-refugies-armeniens-au-proche-orient-et-en-france-1917-1945

Se reconstruire en exil. L’arrivée des réfugiés arméniens en France. Une exposition à Marseille au centre national de la mémoire arménienne en 2013-2014 :
http://www.cnma.fr/wordpress/?p=468

 sitographie

25-28 mars 2015, Colloque international sur le génocide des Arméniens :
CR http://blogs.mediapart.fr/blog/defne-gursoy/250315/25-28-mars-colloque-international-sur-le-genocide-des-armeniens
Des vidéos :
http://2015.ccaf.info/colloque-du-csi-le-programme-et-les-videos-25-mars-grand-amphitheatre-de-la-sorbonne/

La diaspora arménienne dans le monde : la France (Paris, Marseille, Rhône-Alpes), Thessalonique, Montréal, Los Angeles, Buenos Aires et Moscou (Articles en ligne)
http://www.hommes-et-migrations.fr/index.php?id=2669

DUCLERT Vincent, le génocide des Arméniens :
http://www.turquieeuropeenne.eu/_vincent-duclert_.html
http://clioweb.canalblog.com/archives/2012/01/02/23137390.html

Les Arméniens manquants à Diyarbakir :
http://www.zeit.de/politik/ausland/2013-08/kolumne-tuerkische-tage-diyarbakir-armenien-tuerkei/komplettansicht

Dans une interview Serge Avedikian raconte le retour des Arméniens de France en Arménie : "En 1947, répondant à l’appel de Staline, 7000 Arméniens, dont mes parents, sont partis de Paris, de Marseille, de Lyon, pour l’ Arménie. Je suis le " produit " de ces voyages gratuits. Des voyages gratuits, mais qui coûtent très chers à l’arrivée ! "
http://turquieeuropeenne.eu/article3035.html

Une médiagraphie très complète :
http://www.armeniens.culture.fr/article31.html
De très nombreux liens :
http://www.collectifvan.org/liens.php?r=7

Projets pour 2015 :
https://www.indiegogo.com/projects/we-commemorate-the-armenian-genocide-in-turkey#home

Un autre massacre, celui de Dersim, contre des Kurdes :
http://en.firatajans.com/news/news/the-dersim-genocide-began-77-years-ago.htm

Cf. aussi Les Juifs en Turquie, immigration et sauvetage

Joseph YACOUB, Qui s’en souviendra ? 1915 : le génocide assyro-chaldéo-syriaque, éd. du Cerf, octobre 2014.
Nous, Arméniens en Turquie
Exposition à Marseille : ­"100 portraits de l’exil, la quête d’identité des réfugiés arméniens" du 19 mars au 27 septembre 2015 et projection, le 30 mai du film "Le retour des Arméniens" de Gilles Cayatte au
Musée d’Histoire de Marseille­ (rez-de-chaussée) - 2 rue Henri Barbusse (1er)

N.M. avril-septembre 2014, mai 2015

[1"Il existe un important débat sur les liens entre l’Empire ottoman et son alliée l’Allemagne sur ce sujet. Le gouvernement allemand a tenté d’étouffer les nombreux rapports qu’il recevait de la part d’hommes d’affaires et d’officiels allemands au sujet du génocide en cours. Mais accuser l’Allemagne de complicité dans ce génocide, comme l’ont fait les puissances de l’Entente pendant le conflit, est clairement exagéré". Dans Benjamin Ziemann, "Gewalt im Ersten Weltkrieg : Töten - Überleben - Verweigern", Klartextverlag, 2014 (Violence dans la Première guerre mondiale : morts, survivants, insoumis.)
Pendant la première guerre mondiale, l’Allemagne était l’alliée à l’Empire ottoman. Sa connaissance des massacres, voire sa participation aux côtés de l’armée ottomane, apparaît peu à peu au grand jour.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 2803 / 868293

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Informations diverses  Suivre la vie du site Actualités   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.4 + AHUNTSIC

Creative Commons License