Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/cercleshoah/www/config/ecran_securite.php on line 358
Tu choisiras la vie : violoniste à Auschwitz, Jacques Stroumsa - [Cercle d'étude de la Déportation et de la Shoah - Amicale d'Auschwitz]
Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah - Amicale d’Auschwitz

Tu choisiras la vie : violoniste à Auschwitz, Jacques Stroumsa

Jacques STROUMSA, Éd. du Cerf, 1998
dimanche 12 septembre 2010

Jacques Stroumsa raconte à travers son histoire, celle de la communauté de Salonique, la "Jérusalem des Balkans", où vivaient 70 000 juifs avant la deuxième guerre mondiale.

Il est né en 1913 à Salonique. Son père enseigne l’hébreu et le judéo-espagnol [1]. Jacques Stroumsa étudie les sciences et le violon. Puis va faire ses études supérieures en France, à l’école d’ingénieur de Marseille, l’école ESME de Paris, l’Université de Bordeaux où il obtient son diplôme d’ingénieur en électricité tout en continuant à étudier le violon au conservatoire. En 1935, il rentre à Salonique, seul, selon la promesse faite à son père, selon la tradition.
Brutalement, le 28 octobre 1940, l’Italie envahit la Grèce. Jacques Stroumsa combat dans l’armée grecque. Les Allemands interviennent et occupent le pays du 9 avril 1941 au 30 octobre 1944. Le SS Dicter Wisliceny et Aloïs Brunner arrivent en Grèce pour faire appliquer les lois anti-juives et organiser la déportation [2]. En février-août 1943 les Juifs sont regroupés dans un ghetto dans un quartier juif, « le Baron Hirsh » près de la gare. Le grand rabbin, président de la communauté juive de Salonique croyait qu’il suffisait d’obéir aux Allemands pour être tranquille. Il fut déporté à Bergen-Belsen avec quelques notables et des juifs à passeport espagnols.
Des copains chrétiens le contactent pour faire de la résistance, mais il pense que son devoir est de rester avec sa famille, d’autant plus que sa femme Nora est enceinte. Il est déporté avec sa famille de Salonique le 29 avril 1943 par le convoi 16, avec 2500 personnes qui arrivent à Birkenau le 8 mai 1943. Sa famille est gazée immédiatement sauf ses deux sœurs et son frère.
Jacques Stroumsa est engagé comme premier violon à l’orchestre de Birkenau. La musique lui permet de tenir. Puis il est transféré à Auschwitz, au bureau d’études techniques de l’usine de grenades de l’Union–Werke où un ingénieur en chef, Bosch, le protège. Jacques Stroumsa peut, grâce à l’ingénieur, faire entrer des détenus à l’usine, les éloignant ainsi des coups des SS. Cela ne l’empêche pas d’être enfermé au Bunker, de passer en procès et d’être acquitté, sans doute grâce à sa connaissance de l’allemand.
Le 18 janvier 1945, à 16 heures, l’ordre d’évacuation envoie les déportés sur les routes dans les marches de la mort. Il arrive le 25 janvier à Mauthausen, « Mordhausen », baraques des assassinats, puis est transféré à Melk, Gusen II. Il est libéré le 8 mai 1945 dans la forêt, par les Américains. Epuisé, malade, il est soigné, puis il décide d’aller en France. Il a 32 ans, il reprend ses études. Il se marie avec Laura, une jeune fille d’origine grecque.
Plus tard, ils partent en Israël où il reprend des études. C’est lui qui a réalisé l’éclairage de la ville de Jérusalem.
Jacques Stroumsa s’est beaucoup consacré au travail de mémoire.

"Celui qui est entré à Auschwitz n’en sortira jamais et celui qui n’est pas entré n’y entrera jamais", écrit Jacques Stroumsa.

STROUMSA Jacques, Tu choisiras la vie : violoniste à Auschwitz, Paris, Éd. du Cerf, 1998, 148 p.

SEPHIHA Haïm Vidal, sous la direction de Gilles Veinstein, Salonique 1850-1918, la "ville des Juifs" et le réveil des Balkans, éditions Autrement- série Mémoires, Paris, 1992.
SEPHIHA Haïm Vidal, Le Judéo-espagnol, éd. Entente, coll. « Langue en péril », Paris, 1986.
La Langue judéo-espagnole en Europe par Haim Vidal Sephiha :
http://sefarad.org/sefarad/sefarad.php/id/79/
La déportation des Juifs de Salonique :
http://www.sefarad.org/publication/lm/028/mars1943.html

Les Juifs en Turquie, immigration et sauvetage
Salonique, la Jérusalem des Balkans
CR Nicole Mullier, janvier 2011

[1judéo-espagnol calque ou ladino de la Bible, version résultant de la traduction littérale (mot-à-mot) de l’hébreu en espagnol, langue liturgique. Au Moyen Orient, la langue parlée et écrite est le djudezmo

[2déportation de près de 95 % (46 095) des Juifs de Salonique


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 903 / 830664

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Témoignages  Suivre la vie du site Lectures de livres de témoins   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.4 + AHUNTSIC

Creative Commons License