Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/cercleshoah/www/config/ecran_securite.php on line 378
Chronologie du nazisme à la Shoah ; les procès - [Cercle d'étude de la Déportation et de la Shoah - Amicale d'Auschwitz]
Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah - Amicale d’Auschwitz

Chronologie du nazisme à la Shoah ; les procès

dates essentielles sur l’Allemagne nazie, Vichy, les mesures contre les Juifs, camps de concentration et d’extermination
mercredi 26 août 2009

De l’accession au pouvoir d’Hitler au procès de Nuremberg et autres procès d’après guerre

Chronologie générale de la montée du nazisme à la Shoah

  1933

30 janvier 1933 : Machtergreifung. Prise du pouvoir. Hitler [1] nommé chancelier par Paul von Hindenburg, le Reichspräsidenten der Weimarer Republik (président du Reich de la République de Weimar (!)), (Machtergreifung) [2].
22 mars 33 : ouverture du camp de concentration de Dachau, près de Munich, puis du camp d’Oranienburg-Sachsenhausen, près de Berlin pour enfermer les antifascistes allemands
1 avril 1933 : Boycott des entreprises et magasins juifs.
10 mai 1933 : Autodafé de livres de juifs et d’opposants.

1934
Hitler, chef de l’État, double titre de Führer (« guide ») et chancelier du Reich.

1935
septembre : Lois de Nuremberg "pour la protection du sang allemand". Nürnberger Rassengesetze
Cf. August Landmesser épouse Irma Eckler. Ils sont jetés en prison à Hambourg, puis en maison de sûreté, enfin dans divers camps de concentration pour avoir "déshonoré la race".

1938
13 mars 1938 : Annexion de l’Autriche au Reich (Anschluss).
juillet 1938 : Echec de la Conférence d’Evian
9 novembre 1938 : Novemberpogrome Pogroms surnommés par les nazis « Nuit de cristal », (Kristallnacht), en Allemagne, en Autriche et dans les Sudètes.
1938 : ouverture du camp de Mauthausen en Autriche, suite à l’Anschluss

1939
30 janvier 1939 : Discours appelé « la prophétie » de Hitler au Reichstag menaçant les Juifs d’extermination en cas de guerre en Europe. "...ce serait l’anéantissement de la "race" juive en Europe".
15 mai 1939 : ouverture du camp pour femmes de Ravensbrück.
1er septembre 1939 : début de la Seconde Guerre mondiale en Europe.
En France, internement des Juifs ressortissants du Reich et de communistes, dans des camps déjà ouverts pour les Républicains espagnols réfugiés.
21 septembre 1939 : directives d’Heydrich établissant des ghettos en Pologne occupée : premier ghetto à Piotrków.
novembre 1939 : obligation pour les Juifs de Pologne occupée de porter un brassard avec une étoile de David.

  1940


30 janvier 1940 : Conférence d’Heydrich sur la déportation des Juifs vers la Pologne.
Mai 1940 : Ghetto de Lodz. En février 1940, il est formé par le quartier pauvre de Baluty et du quartier de Marysin. Il est bouclé au mois d’avril.
Juin 1940 : Plan Madagascar pour les Juifs d’Europe
Juin 1940 : ouverture du camp de Terezin (Theresienstadt) en Tchécoslovaquie
18 juin 1940 : le général de Gaulle lance à la BBC son appel à la Résistance.
22 juin 1940 : Défaite militaire de la France. Armistice signé à Rethondes
25 juin 1940 : l’Armistice signé à Rethondes le 22 juin entraîne l’occupation militaire de la zone Nord.
10 juillet 1940 : Philippe Pétain, l’ancien vainqueur de Verdun, obtient les « pleins pouvoirs » de chef de l’Etat et du gouvernement (refus des 80). Installation d’un régime autoritaire et naissance de l’État français. Fin de la Troisième République
Mise en place d’une double législation antisémite : ordonnances des autorités allemandes et lois du gouvernement de Vichy.
22 juillet 1940 : Un décret-loi du gouvernement de Vichy met en place une Commission pour la révision des naturalisations qui découlent de la loi de 1927, ce qui aboutit à la dénaturalisation de 15 104 étrangers, dont 6 307 israélites
27 septembre 1940 : Première ordonnance contre les Juifs : les Allemands demandent aux Juifs de se faire recenser et de marquer "Entreprises juives" sur leurs vitrines.
3 octobre 1940 : Premier Statut des Juifs adopté par le gouvernement de Vichy
Est considérée comme juive toute personne "issue de trois grands-parents de race juive ou de deux grands-parents de la même race si le conjoint est lui-même juif".
Les Juifs sont exclus de la fonction publique du gouvernement, de l’enseignement, des professions libérales, des métiers de la presse et du cinéma.
4 octobre 1940 : Les Juifs étrangers doivent être internés par décision du préfet dans des camps spéciaux, antichambres de la déportation, dans la zone dite "libre" (Les Milles, Gurs, Noé, Recebedou, Rieucros, Argelès, Rivesaltes) ; demande allemande d’internement des Tsiganes, en zone nord.
7 octobre 1940 : Abolition du décret Crémieux : les Juifs d’Algérie sont déchus de leur nationalité française.
Recensement des juifs en zone occupée et spoliation de leurs biens.
12 octobre 1940 : Création du ghetto de Varsovie.
13 octobre 1940 : Demande de l’administration militaire allemande au Préfet de police de Paris de faire apposer le tampon « JUIF » sur les cartes d’identité.
18 octobre 1940 : 2ème ordonnance contre les Juifs : recensement des entreprises juives et remplacement de leurs propriétaires par des administrateurs provisoires, les commissaires-gérants aryens.
24 octobre 1940 : Rencontre de Montoire entre Hitler et Pétain. Début de la collaboration d’État avec l’Allemagne
11 novembre 1940 : manifestation patriotique place de l’Étoile.
16 novembre 1940 : Le ghetto de Varsovie est fermé.

  1941

Heydrich confie à Adolf Eichmann la direction du département des questions juives, Service IV B 4a, à l’administration centrale de la Sécurité du Reich
29 mars 1941 : création du CGQJ, le Commissariat général aux questions juives, dirigé par Xavier Vallat, puis Louis Darquier de Pellepoix à partir de mai 1942. Les Allemands encouragent les Français à la création de camps dans la zone occupée.
30 mars 1941 : discours d’Hitler sur la guerre d’extermination à l’Est
1 mai 1941 : ouverture du camp de concentration de Natzweiler-Struthof en Alsace annexée
14 mai 1941 : Première "rafle" de Juifs étrangers effectuée par la police parisienne, dite "rafle" du billet vert : 3.747 Juifs polonais, tchèques et autrichiens sont internés à Pithiviers et Beaune-la Rolande.
2 juin 1941 : Vichy décrète un recensement obligatoire des juifs en zone libre.
Un second statut les éloigne des professions libérales, commerciales et de l’enseignement supérieur.
21 juin 1941 : ouverture du Frontstalag 122, camp d’internement allemand, à Royallieu (Compiègne).
22 juin 1941 : attaque de l’URSS par la Wehrmacht, plan Barbarossa. L’offensive militaire se double de fusillades et de massacres.
Juillet-août 1941 : Les Einzatzgruppen et leurs alliés locaux massacrent par fusillades des "bolcheviks", "francs-tireurs", "saboteurs", des civils et soldats soviétiques et par dizaines de milliers les populations civiles juives dans les territoires occupés à l’Est
Juillet 1941 : en France, interdiction aux Juifs de posséder une entreprise, des biens, une radio, bicyclette, téléphone, d’entrer dans un jardin public, un théâtre, un cinéma, une piscine, de déménager, de voyager, de sortir entre 20 h et 6h.
19 août 1941 : première exécution de résistants à Paris : Samuel Tyszelman "Titi" et Henry Gautherot, de Paris, sont fusillés le 19 août 1941.
20 août 1941 : ouverture du Camp de Drancy dans la "cité de la Muette", HBM de la Seine, aux barres inachevées.
20 au 23 août 1941 : deuxième rafle par la police française contrôlée par des militaires allemands, de 4 232 hommes juifs, à Paris, internés au camp de Drancy, sous contrôle allemand, mais sous surveillance de policiers français.
21 août 1941 : Exécution de l’aspirant de marine allemand, Moser, au métro Barbès, par Pierre Georges (futur colonel Fabien) : "Titi est vengé".
22 août 1941 : création des « Sections spéciales » par le gouvernement de Vichy, tribunaux d’exception chargés de réprimer les activités communistes ; loi rétroactive antidatée au 14 août.
3 septembre 1941 : essai de gazage de masse au Zyklon B à Auschwitz I sur des prisonniers de guerre soviétiques.
28-29 septembre 1941 : massacre de Juifs à Babi Yar.
30 septembre 1941 : construction du camp d’Auschwitz II-Birkenau, pour l’extermination des Juifs, des Tsiganes
Exposition "le juif et la France" au palais Berlitz.
Octobre : Massacre de Juifs à Odessa, Crimée.
Octobre 1941 : Majdanek , camp de concentration et d’extermination en Pologne
10 octobre 1941 : ghetto de Theresienstadt (Tchécoslovaquie).
22 octobre1941 : exécution de 48 otages, en partie issus du camp de Châteaubriant après l’attentat à Nantes.
24 octobre 1941 : 50 otages Parmi les otages, [3] fusillés à Souge après l’attentat de Bordeaux contre Hans Reimers, abattu par Pierre Rebière.
19 novembre 1941 : création de l’UGIF (l’Union générale des israélites de France) par Xavier Vallat, Commissaire aux questions juives, pour contrôler l’ensemble des institutions juives.
7 décembre 1941 : décret « Nacht und Nebel » NN (Nuit et Brouillard), du maréchal Keitel : les coupables doivent être transférés en Allemagne pour être jugés. Aucune nouvelle ne doit être donnée à leur famille. Ils doivent disparaître.
Treblinka : camp de concentration en 1941 et d’extermination en 1942 en Pologne
8 décembre 1941 : Chelmno, camp d’extermination au gaz d’échappement. Hitler passe à la "liquidation industrielle".
12 décembre 1941 : troisième rafle de Juifs à Paris dite la rafle des notables : 743 juifs "notables", sont arrêtés par la Feldgendarmerie, la Sipo-SD, des policiers français et sont internés à Compiègne.
Des communistes ont aussi été arrêtés pour servir d’otages et sont incarcérés à Compiègne, "camp de détention de police allemand".
Des hommes sont sélectionnés à Drancy pour être exécutés au mont Valérien.

Les nazis procèdent à des transferts de population dans le Gouvernement général.
Bien nourrir les Allemands, entraine une situation de famine dans les pays occupés.

  1942

20 janvier 1942 : Conférence de Wannsee dans la banlieue de Berlin avec Heydrich pour décider de l’organisation de la « Solution finale de la question juive », alors que les Juifs d’Allemagne, d’Autriche et de Tchécoslovaquie sont en train d’être déportés.
Construction de chambres à gaz "Bunker I" dans la ferme dite "Maison rouge" à Auschwitz II-Birkenau.
7 février 1942 : Interdiction aux Juifs de sortir entre 20 h et 6 h.
17 mars 1942 : Début de l’extermination à Belzec
27 mars 1942 : premier convoi de déportés de France dit "convoi de représailles", des Juifs de Drancy et de Compiègne, 1112 hommes, vers Auschwitz
10 avril 1942 : Hitler exige que 500 communistes et 500 juifs soient déportés à l’Est après chaque attentat en représailles.
mai 1942 : extermination par gaz dans le camp de Sobibór
29 mai 1942 : obligation par les Allemands de porter une étoile jaune avec le mot "Juif" à tout juif âgé de 6 ans en zone occupée. La police française arrête ceux qui ne respectent pas cette mesure. Ils sont envoyés à Drancy et déportés.
Juin 1942 : construction de chambres à gaz, "Bunker II" dans la ferme dite "Maison Blanche" à Auschwitz II-Birkenau.
juin 1942 : deuxième convoi de Compiègne pour Auschwitz, puis trois autres, de Drancy, Pithiviers et Beaune la Rolande.
Oberg, Knochen, Lischka, Hagen, chefs SS responsables en France, discutent avec Pierre Laval et son ministre René Bousquet, avec Jean Leguay et Darquier de Pellepoix, de la déportation de la population juive.
Des jeunes parisiens manifestent leur solidarité en arborant des étoiles marquées "Swing", "Papou" ou "Juif". Certains sont internés à Drancy. (« Les amis des juifs »).
1 juillet 1942 : Radio-Londres dénonce l’existence des chambres à gaz
2 juillet 1942 : Suite à des accords entre Bousquet et Knochen, 10 000 juifs apatrides de la zone dite libre sont arrêtés par Vichy pour être déportés.
4 juillet 1942 : Laval propose les enfants aux Allemands
15 juillet 1942 : Bousquet donne le feu vert au préfet de police pour l’arrestation des enfants.
16-17 juillet 1942 : Rafle du Vél’ d’Hiv’ par 4500 policiers français de 3118 hommes, 5119 femmes et 4115 enfants juifs dont beaucoup de nationalité française. Les policiers français séparent les enfants des mères. Des enfants sont laissés seuls à Pithiviers et Beaune la Rolande.
fin de juillet 1942 : départs de convois de Juifs vers Auschwitz à partir de Malines (Belgique) dont des Juifs raflés dans le Nord-Pas de Calais (zone interdite rattachée au commandement militaire de Bruxelles).
août 1942 : Adolf Eichmann donne l’autorisation de Berlin pour la déportation des enfants. Des camps du Loiret, ils sont envoyés à Drancy, puis Auschwitz où ils sont tous gazés dès leur arrivée.
26 août 1942 : La grande rafle organisée en zone non occupée suscite les protestations des églises catholiques et protestantes.
Septembre-novembre 1942 : construction des chambres à gaz-Krematorium III, IV et V à Birkenau.
11 novembre 1942 : Invasion de la "zone dite libre" par les troupes allemandes.
9 décembre 1942 : Rafle de Tunis de 5500 Juifs de 17 à 30 ans, conduits dans des camps de travail
1942 : Vichy impose le mot "Juif" sur les cartes d’identité et d’alimentation.
16 décembre 1942 : Auschwitz-Erlass, ordre de déportation des Sinti et Roma( nom des Tsiganes en allemand) du Reich.
Pour l’année 1942, quarante trois convois sont partis de France à destination du camp d’extermination d’Auschwitz II-Birkenau.
Camps de concentration et d’extermination

  1943

18 janvier 1943 : Début de révolte du ghetto de Varsovie.
29 janvier 1943 : Déportation de Tsiganes du Reich.
mars-avril 1943 : Mise en service des usines de mise à mort, III, IV et V.
19 avril-16 mai : Révolte du ghetto de Varsovie et liquidation du ghetto par le SS. Stroop.
11 juin 1943 : Liquidation de tous les ghettos de Pologne et d’Union Soviétique.
Le camp de Drancy est aux mains d’Alois Brunner.
2 août 1943 : Révolte à Treblinka.
15 août 1943 : Un camp est constitué à Varsovie pour nettoyer les ruines de l’ancien ghetto qui est rasé, déblayé.
8 septembre 1943 : Invasion par les Allemands de la zone italienne où les juifs étaient protégés.
14 octobre 1943 : Révolte à Sobibór, 16 h.
16 octobre 1943 : Rafle du ghetto de Rome : un millier de Juifs déportés à Auschwitz sous les fenêtres du pape.
Octobre-Novembre 1943 : Sauvetage des juifs danois.
Novembre : Liquidation des camps d’extermination de Treblinka, Sobibór et Belzec.
3 novembre 1943 : Massacre de juifs à Majdanek et dans les camps voisins.

  1944

10 janvier 1944 : Rafle des Juifs français de Bordeaux par la police française qui participe aux arrestations.
15 janvier 1944 : Départ de Malines (Belgique) vers Auschwitz-Birkenau, d’un convoi comprenant des Tsiganes dont 150 raflés dans le Nord-Pas de Calais, convoi Z. (convoi Z comme Zigeuner= Tsiganes).
6 avril 1944 : Arrestation des 44 enfants de la maison d’Izieu, foyer d’enfants juifs de l’OSE, (Œuvre de secours aux enfants), par la Gestapo sur ordre de Klaus Barbie.
14 avril 1944 : Arrêté d’Alois Brunner sur les Juifs en France : « Toutes les personnes considérées comme juives au sens de la loi, devront être arrêtées avec leurs familles sans condition de nationalité ou de quelques circonstances que ce soit. »
15 mai 1944 : Mise en place de la nouvelle rampe arrivant dans le camp de Birkenau.
15 mai 1944 : Déportations massives des Juifs hongrois  : jusqu’au 27 juin, 380 000 juifs sont envoyés à Auschwitz.
10 juin 1944 : Des éléments de la II e division SS "Das Reich" massacrent les habitants d’Oradour-sur-Glane.
2 juillet-5 juillet 1944 : Le Train de la Mort de Compiègne-Royallieu à Dachau
20 juillet 1944 : Attentat contre Hitler
24 juillet 1944 : Libération du camp d’extermination de Majdanek par les troupes soviétiques.
31 juillet 1944 : Convoi n° 77, parti de Drancy sur ordre d’Alois Brünner. Plus de 300 enfants raflés par la police allemande, entre le 21 et le 22 juillet, dans les maisons de l’UGIF, sont envoyés en déportation à Auschwitz.
2 août 1944 : Liquidation du camp des Tsiganes après la révolte de mai 1944
4 août 1944 : Arrestation d’Anne Frank à Amsterdam.
7 août 1944 : Déportation des Juifs de Lodz
15 août 1944 : Dernier convoi de Compiègne.
17 août 1944 : Dernier convoi de Drancy, dernier wagon partant de Drancy (rattaché à un train de militaires allemands en fuite) avec 51 personnes, emmenées comme otages, vers Buchenwald
7 octobre 1944 : Révolte du "Sonderkommando" à Auschwitz II-Birkenau.
Novembre : Les Juifs de Theresienstadt sont déportés vers Auschwitz.
26 novembre 1944 : Himmler ordonne de démonter les crématoires d’Auschwitz-Birkenau.

  1945

18 Janvier 1945 : Évacuation d’Auschwitz (et des camps annexes 17-19 janvier) dans les marches de la mort (60 000 détenus)
27 janvier 1945 : Libération d’Auschwitz-Birkenau par l’Armée rouge (7000 détenus)
23 février 1945 : déclaration de guerre de la Turquie à l’Allemagne
11 avril 1945 : Libération de Buchenwald et Dora par les Américains
15 avril 1945 : Libération de Bergen-Belsen par les Anglais
16-19 avril 1945 : bataille de Seelow, ouvrant la route de Berlin à l’armée soviétique
23 avril 1945 : Libération de Flossenbürg
29 avril 1945 : Libération de Dachau par l’Armée américaine
29-30 avril 1945 : Libération de Ravensbrück par l’Armée rouge
8-9 mai 1945 : Libération de Theresienstadt par l’Armée rouge
8-9 mai 1945 : Capitulation sans condition de l’Allemagne, fin de la guerre en Europe
Entre la mi-avril et le 9 mai 1945, tous les camps de concentration sont libérés par les Alliés : Britanniques, Américains, Soviétiques.

 Les procès

crimes de guerre, archives de l’ONU : United Nations War Crimes Commission : records

14 novembre 1945 : ouverture du procès de Nuremberg contre les criminels de guerres nazis.
1945-1946 : Procès de Nuremberg contre les criminels de guerres nazis.

Sur le site de la BNF :1946

En 42 volumes en anglais :
http://www.loc.gov/rr/frd/Military_Law/NT_major-war-criminals.html
http://avalon.law.yale.edu/subject_menus/imt.asp
1945-1948 : Procès de Dachau
1945 : Procès de Lüneburg, Bergen-Belsen-Prozess
http://de.wikipedia.org/wiki/Bergen-Belsen-Prozess
1946-1948 : Procès de Hambourg
http://www.kz-gedenkstaette-neuengamme.de/nachrichten/news/ausstellung-die-hamburger-curiohaus-prozesse-ns-kriegsverbrechen-vor-britischen-militaergerichten/
1947 : Procès d’Auschwitz à Cracovie
1947 : Procès de Buchenwald à Dachau, 11 avril 1947-14 août 1947
http://de.wikipedia.org/wiki/Buchenwald-Hauptprozess
1948 : Procès de Assen (Westerbork)
http://www.go2war2.nl/artikel/2613/Gemmeker-Albert.htm
1958 : Procès d’Ulm contre des Einsatzgruppen
http://www.landesarchiv-bw.de/web/43377
1961 : Procès Eichmann
http://memorial-wlc.recette.lbn.fr/article.php?lang=fr&ModuleId=36
1963 : Procès de Francfort, 2 ème procès d’Auschwitz, 1963-1965
La plupart des témoignages et des interventions, ont été mis en ligne et retranscrits :
http://www.auschwitz-prozess.de/
http://saalbau.com/auschwitz-prozess/index.php
1964 : Procès de Treblinka qui a eu lieu à Düsseldorf du 12 octobre 1964 au 3 septembre 1965. Kurt Franz est jugé avec d’autres nazis.
1972 : Procès des architectes d’Auschwitz à Vienne : Walter Dejaco et de Fritz Ertlsont acquittés.
1987 : Procès Barbie

http://www2.cndp.fr/TICE/teledoc/dossiers/Dossier_barbie.htm
1992 : Procès Touvier

http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Touvier
1997 : Procès Papon
http://www.matisson-consultants.com/affaire-papon/index02.php
2001 : Procès Alois Brunner par contumace
http://fr.wikipedia.org/wiki/Alois_Brunner

Chronologie complète, 1917-1945, sur le site « Mémoire vivante » :
http://www.afmd.asso.fr/IMG/pdf/chronologie_generale__periode_1917___1945.pdf
Dictionnaire historique de la Résistance, dirigé par François Marcot, Robert Laffont, 2006
Organisation juive de combat-France 1940-1945, Résistance/sauvetage, Autrement, 2006
HUSSER Beate, BESSE Jean Pierre, LECLERE-ROSENZWEIG Françoise, Front Stalag 122. Compiègne-Royallieu. Un camp d’internement allemand dans l’Oise 1941-1944, Archives départementales de l’Oise, 2008, 200 p.
TOFAHRN KlausW., Chronologie des Dritten Reiches, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2003, 193 p.

Cartes :
http://maps.omniatlas.com/

Politique nazie, travailleurs juifs, bourreaux allemands

N.M.

[1La Première Guerre d’Hitler (Hitler’s First War), de Thomas WEBER, traduit de l’anglais par Michel Bessières, Perrin, 518 p.

[2(Machtergreifung (prise du pouvoir par les nazis), Machtübernahme terme neutre, ou Machtübergabe( remise du pouvoir) pour signifier que c’est Hindenbourg qui l’ a nommé chancelier et aussi Machtübertragung (transmission du pouvoir )

[3Alban LAVAL, Né le 12 février 1883 à Figeac, fusillé comme otage le 24 octobre 1941 au camp de Souge, perceur sur métaux, militant communiste et syndicaliste.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 5174 / 913633

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Ressources pédagogiques  Suivre la vie du site Lexiques, chronologie   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License